Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake

Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake
...SOUVENEZ-VOUS DE LA VIEILLE REPUBLIQUE... HISTORIQUEMENT : LE MEILLEUR DE LA VIEILLE EUROPE...PAS DE CIVILISATION SANS LIBERTE+INITIATIVE..."QUE ROME PRENNE GARDE A LA COLERE DES LEGIONS... --- ... REMEMBER THE OLD REPUBLIC --- HISTORICALLY : THE BEST OF THE OLD EUROPE --- NO CIVILISATION WITHOUT LIBERTY + INITIATIVE --- "LET ROME BEWARE THE LEGION'S WRATH"...

26 novembre 2015

La guerre de l'eau menée par l'État islamique!





Le Tigre et l'Euphrate


La guerre de l'eau menée par l'État islamique!


                Dans un récent colloque[1] ouvert de l'institut Stratfor [ROSO[2]], le 25 novembre 2015, un analyste a détaillé le centre de gravité de la stratégie de l'État islamique : contrôler les voies d'eau et les affluents le long des fleuves Tigre et Euphrate, autant en Syrie qu'en Irak.

                Durant les deux dernières années, j'ai expliqué comment la guerre civile (en Syrie/Irak) a été initiée par une sécheresse[3] qui a contraint les agriculteurs sunnites à fuir Homs / Hama pour accabler les Alaouites de Damas. Le reste est maintenant rentré dans l'histoire. À présent, l'État Islamique a développé une stratégie en trois volets sous-tendant son avance à travers le Moyen-Orient.

 

                La première partie de leur plan bien conçu, est basée sur le développement d'une propagande sophistiquée relevant de l'opération psychologique, afin d'attirer de "vrais croyants" partout dans le monde en vue de les rejoindre là où ils pourraient combattre.

                La deuxième partie de ce plan consiste à créer des actes terroristes (la guerre du pauvre) forçant les dirigeants du pays attaqué à imposer l'« état d'urgence », dont il résulte la cessation de toutes les activités civiles (Bruxelles, Belgique).

                La troisième partie de la stratégie est celle qui m'intéressent ici le plus : il s'agit du contrôle par l'État islamique des barrages, rivières et sources d'eau environnant les fleuves tigre et Euphrate le long de leurs cours en Irak et en Syrie.



                Par contraste, j'ai entendu de nombreux généraux présents et passés (incluant Petraeus, Allen, etc...] dont les explications concernant notre stratégie inexistante,  incluant de nombreuses idées alambiquées et dénuées de lien entre elles, c'est possible de déboucher sur un pot-pourri d'élucubrations faites de constructions étatiques fantasques, et des consultations et coordinations extensives et interminables avec nos alliés allégués.

                J'ai trouvé ces idées ahurissantes. Ces généraux et soi-disant experts en terroristes parle de stratégies qui n'ont aucune chance de gagner même pas un succès modique contre l'État islamique, dont nous savons pertinemment qu'il a été créé (initialement) par la CIA/MI [Military Intelligence].

               

                Les frappes aériennes menées par toutes les nations sont improductives. Trop dommage que ces experts n'aient pas étudié l'histoire bien documentée qui montre l'inefficacité des bombardements durant la deuxième guerre mondiale, la Corée, le Vietnam, Irak et l'Afghanistan. Grâce à la confusion des moyens et méthodes, nous les Américains nous abîmons dans une querelle absurde au sujet d'un vol russe de dix-sept secondes au dessus des terres turques[4], qui nous place continuellement nous-mêmes dans une position gênante et défavorable. Les Américains assistent à présent à la reproduction de la tragique incompétence de la guerre du Vietnam, durant laquelle aucun Président ou l'un de ses conseillers et autres têtes pensantes, n'était ne serait-ce qu'un peu qualifié afin de mener une guerre, qui nous a coûté plus de 50 000 soldats morts et 250 000 blessés...

                En cette Journée de Thanksgiving, je répète ma préoccupation concernant les dirigeants militaires et du Renseignement sous les ordres d'un POTUS effectuant son noviciat, et qui ont mené ce pays dans un autre bourbier artificiel constitué autant de balles perdues que d'argent jeté par les fenêtres, sans aucune justification.

                Notre sécurité nationale n'est pas et ne va pas être mise en danger par l'État islamique, sauf si nous continuons à manufacturer et dresser nos propres croque-mitaines [boogie-man[5]] comme nous l'avons fait depuis des siècles.



            Nous sommes entrés dans une royaume de conte de fées étourdissant, où les vœux pieux et les dénégations sont substituées à une stratégie globale, ciblée, incisive et implacable, qui viserait la plus grande vulnérabilité de l'État islamique : le maintien de l'accès aux voies d'eau le long des fleuves Tigre et Euphrate, s'étendant en Irak et en Syrie.

            D'après Stratfor.com, les villes suivantes le long de ces deux fleuves sont vulnérables à une attaque par nos forces : Maskana, Raqqa, Mossoul, al-BukAm, Rawah, ainsi qu'une partie de Ramadi et de Falloujah. Il ne faut pas être Alexandre le Grand pour comprendre que ces points de vulnérabilité doivent être ciblées et immédiatement retirés des griffes de l'État islamique par tous les moyens nécessaires.



                Au lieu de cela, nos militaires (aux côtés de soixante-cinq autres nations) se sont perdus avec délectation dans toutes sortes de considérations. Ils ont répondu avec tous les types de verbiage incluant la résurrection de l'Irak et la nécessité pour les États-Unis de travailler avec les forces indigènes. Souvenez-vous : l'Iraq fut toujours une création artificielle, créée par la « Reine du désert [Queen of the Desert]» : l'opérationnelle britannique du MI-6, Gertrude Bell[6], et son mentor, Winston Churchill. Il s'agissait alors de faciliter la livraison de pétrole depuis Tikrit et Bassora vers l'Angleterre en 1923.

                J'ai bien peur que l'Amérique soit devenue paralysée par la panoplie d'incompétence qui existe à tous les niveaux du Gouvernement américain [UEG], depuis le Président [POTUS] jusqu'en bas...



***




            Après trente ans de contre-terrorisme et de contre-insurrection, je peux vous assurer qu'[en termes de valeur militaire], nous avons fait face à de bien plus dangereux insurgés, qui étaient bien plus impitoyable que l'État Islamique, incluant les Khmers rouges, l'Armée soviétique pourvue d'un arsenal nucléaire, ou encore l'Iran sous l'ayatollah Khomeiny.

                Les stratégies et tactiques utilisées pour défaire les entités néfastes susmentionnés, n'ont pas nécessité une balle ou même pas la mort d'un seul Américain. Elle furent exécutées avec une précision létale, et presque aucun coût pour les contribuables. Nous l'avons fait une fois et nous pouvons le refaire à nouveau, à condition seulement que les bons experts soient ramenés au sein du scénario de ces jours présents. Rien ne change tant que cela dans le monde du terrorisme. Des factions luttent afin de contrôler les ressources précieuses, et cette fois-ci c'est autour de l'eau[7], bande de crétins...


















[2] Le renseignement de sources ouvertes ou renseignement d'origine source ouverte (ROSO [open source intelligence], OSINT) : renseignement obtenu par une source d'information publique.




[3] Il faut surtout comprendre ici : une totale rupture de l'investissement et des compétences dans les infrastructures étatiques d'irrigation... ainsi les guerres ont toujours des conséquences en cascade, qui ne se voit que sur le temps long...



[4] Référence au Su-24 russe abattu par l'Aviation turque.



[5] Rapprocher du titre de William Engdahl (« Pétrole, une guerre d'un siècle »), concernant la stratégie américaine après la guerre froide : « A la recherche du nouveau croque-mitaine ».



[6] L'agent français Xavier de Hauteclocque avait remarquablement décrit cette femme très méritante, en lui rendant hommage pour son dévouement patriotique indubitable à la Couronne britannique, quoi que l'on puisse en penser. Notamment dans « Le turban vert » (1930, Energéia, 2013) , et « La guerre en masque noir » (1931).



[7] Outre le pétrole et le gaz, évidemment...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire