Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake

Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake
...SOUVENEZ-VOUS DE LA VIEILLE REPUBLIQUE... HISTORIQUEMENT : LE MEILLEUR DE LA VIEILLE EUROPE...PAS DE CIVILISATION SANS LIBERTE+INITIATIVE..."QUE ROME PRENNE GARDE A LA COLERE DES LEGIONS... --- ... REMEMBER THE OLD REPUBLIC --- HISTORICALLY : THE BEST OF THE OLD EUROPE --- NO CIVILISATION WITHOUT LIBERTY + INITIATIVE --- "LET ROME BEWARE THE LEGION'S WRATH"...

27 juillet 2015

Félicitations à Donald Trump pour le brillant tour de force de son discours dans l'Iowa : incisif, très détaillé et complet, avec de l’humour en prime!




Félicitations à Donald Trump pour le brillant tour de force de son discours dans l'Iowa : incisif, très détaillé et complet, avec de l’humour en prime!

J’espère que Donald va continue sa course dévastatrice pour le camp Républicain comme Démocrate, mais il est [doit être] prudent/précautionneux au vue des jalousies qu’il génère; en particulier au sein des familles Bush et Clinton.

Depuis un certain temps, vous et moi avons applaudi/acclamé le style révolutionnaire de Donald Trump dans l'éviscération de ses adversaires, tout en expliquant dans le même temps les problèmes de notre système politique américain, aussi guindé que dysfonctionnel.
Je suis préoccupé par le fait que, comme certains de mes lecteurs les plus dévoués l’ont souligné, plus Trump va pousser loin sa « machine à dire la vérité », plus les Bush et Clinton vont devenir désespérés. J’utilise le pluriel car Hillary [Clinton] et Jeb [Bush] ne sont pas vraiment une personne, mais une « compilation »[1], un agrégat des « facilitateurs » [distributeurs de bons offices] de tous horizons dont les proches ont été anciens présidents avec des passés comprenant bien des manquements et agissements scélérats[2]...


« Family of Secrets:The Bush Dynasty, America's Invisible Government, and the Hidden History of theLast Fifty Years [une famille de secrets : la dynastie des Bush, le gouvernement invisible de l'Amérique, et l'histoire cachée de ces 50 dernières années ]»  (Russ Baker, Bloomsbury Press, 2009)
 
Les familles Bush et Clinton ont en effet des états de service infâmants tout en ayant évité tout procès pour tous les crimes économiques et politiques qu’ils ont commis contre le peuple américain. Sans avoir besoin de grossir le trait outre mesure[3], nous pouvons simplement considérer Jeb, qui a promis une « nouvelle équipe », mais cette équipe promise a été repeuplée des mêmes cafards néoconservateurs comme Wolfowitz et compagnie... De même, en face Hillary a rebondi d'un mensonge à l'autre avec un empressement[4] confinant à la pathologie.

Le propos de ce blog n’est pas d’encenser Trump, il peut certainement le faire de son propre chef. Mais mon objet de profonde préoccupation est que, lorsqu’une force révolutionnaire comme Trump fait irruption au sein d’un système politique statique, une dyade[5] ossifiée de Républicains et de Démocrates, surviennent subitement des « accidents malheureux » et autres assassinats par de soi-disant tireurs isolés (« hommes armés  [agissant] seuls »[6]).
Car dans les temps récent les Américains ont assisté à un étrange cirque de tueries frappant des victimes innocentes, perpétrées par de soi-disant « hommes armés solitaires », depuis le si joli  Cajun centre de Lafayette (Louisiane) jusqu’aux églises de Caroline du Sud. Il s'agit de déterminer si ces meurtres font partie d'un même modus operanti dupliqué[7] ou de quelque chose d’autre, je laisse ce soin au FBI. Cependant, je sais vraiment que dans le cas d'autres présidents (JFK, Nixon, Ford, Reagan), nous avons connue une pelletée de tentatives ou d'assassinat réussis par des «soi-disant fous/déséquilibrés ». Partant de là, je dis qu’il y a désormais une exigence de protection supplémentaire (qu’elle soit privée ou publique) afin qu’un de ces « accidents malheureux » ne survienne pas sur l’un des points d’arrêts de Trump à l’avenir.
Je ne prône et ne prônerai pas la violence d’aucune sorte contre quiconque, surtout des candidats présidentiels. Mais, après avoir été [impliqué] dans les affaires de tueurs de masse et autres assassinats politiques[8], je dois avertir ceux qui protègent vraiment Trump, qu'à l'heure actuelle toute la psycho-dynamique est en place pour que « quelque chose de fâcheux » se produise, quoi que cela puisse signifier.

Le discours dans l'Iowa a capitalisé sur le fait que Trump était drôle, capable de connaître [bien des sujets], [suffisamment] modeste et bien informé sur une foule de sujets depuis la fluctuation des devises jusqu’aux déséquilibres commerciaux. Ce type de prestation insouciante, presque sans effort engendrera tous les types de sentiments envieux parmi ses soi-disant « collègues du Parti républicain », y compris les commentaires odieux de l’ignorant et incompétent Scott Walker, dont le représentant a traité Trump de débile (dumb). Le candidat le plus inavoué sur ce sentier de la jalousie et de l'envie doit être assurément Jeb Bush, qui a été rejeté [discrédité] à juste titre comme l’« homme de paille des lobbyistes et des intérêts particuliers, un homme inexistant[9] » (les mots de Trump lui-même).
Or lorsque l'envie pénètre dans la famille dysfonctionnelle du fils d’idiot gâté de la belle Mme Barbara Bush [la femme de G. Bush Sr.], beaucoup de choses peuvent alors se passer : la crise des caisse d’épargne américaines[10], les faux attentats du 11 Septembre, ou encore la falsification de preuves afin d’envahir un pays étranger[11]. Il est parfaitement clair que les Clinton ont été adoubés par notre déshonorante CIA de l’ère Bush (père) dans l'Arkansas, où ils aidaient à la contrebande de drogues illégales initiée depuis l'Amérique centrale et du Sud par Reagan, Bush Sr, Elliot Abrams[12].
Les médias et les moutons répèteront bien sûr leur mantra sur les « théoriciens du complot » qui maintenant est devenu un insigne d'honneur, sans aucun doute à mes yeux. Cependant, comme nous le disons dans le Renseignement : « il faut à tout moment s’attendre à l’inattendu [expect the unexpected at all times]». Grâce aux précédents assassinats de nos propres présidents et candidats, nous, les Américains avons appris à nous méfier de notre système et de nos dirigeants dans la mesure où les initiales JFK dénotent ( [implication de] LBJ, Bush Sr, Nixon, lamafia cubaine / italienne, et la Commission Warren). Ce n’est pas une exagération, c'est tout simplement une question de faits.
Mais regardez maintenant comment la famille Bush cherche à décrire l'attaque auto-initiée du 11 Septembre 2001 en montrant des images (inédites) de Bush Jr. [à l'époque où il était] POTUS[13], figé dans une série d'expressions stupéfaites [il avait vraiment été surpris...]. Or mes amis de l’Intelligence Economique (business intelligence) comme de la psychiatrie savent que très peu de choses arrivent par hasard  : demandez au général David Petraeus, quand il a tenté de s’opposer au futur DCI John Brennan et au POTUS Obama dans le cadre de l'affaire de Benghazi[14]! Soudainement, les Américains lui ont découvert une ridicule affaire extra-maritale, juste au moment où Obama était sur le point d'être réélu...

Orwell : le langage politique est fait pour faire passer des mensonges pour la vérité et le meurtre pour respectable...

Si donc, Trump n’est pas autorisé d’une manière ou d’une autre à mener la Course la Précidence jusqu’au bout en tant que candidat majeur contre Hillary constamment assiégée judiciairement, alors je serai très déçu mais également très suspicieux. Ce n’est pas une très bonne position pour moi et pour mes chers concitoyens américains ; notre avenir consiste à éviscérer cette absurdité dyadique cancéreuse appelée : Républicains et Démocrates. Longue vie à Trumps et à la République!
Homère, le grand poète et dramaturge grec a écrit ce qui suit d'un grand homme qui périt lui aussi :
"Achille absent, était encore d'Achille."


[1] Du latin compilare = piller...
 [2] « With checkered past and miscreants past », mot à mot « des passés de mécréants à damiers [contrastés] »
[3] Belaboring (invectiver, rouer de coup, accabler, frapper the point, épiloguer) 
[4] Alacrity= alacrité : gaîté vive, entrain, allégresse  (de Alacritas, Lat : « ardeur »)
[5] Du grec ancien δυάς, dyas ; génitif dyados (« dualité », « couple ») : Paire, ensemble de deux choses ou idées.
[6] "Lone gun men"
[7] Copy-cat effect. Un copycat est un imitateur agissant de manière similaire à une action lue dans les médias. Il peut s'agir de tuer suivant le modus operandi d'un serial killer tel que les médias l'ont décrit, d'effectuer un (ou des) braquage(s) ou de se suicider de la même manière qu'une personne réelle ou qu'un personnage de roman à succès. L’effet copycat est le comportement de mimétisme favorisé par la publicité médiatique accordée à un acte particulièrement dramatique
Le thriller Copycat (L'Imitateur au Québec) est un thriller américain basé sur ce principe  (Jon Amiel, 1995).
[8] S. Pieczenik a été impliqué dans au moins dix situations d'engagement militaire, et a aussi notamment été négociateur dans le cadre de prix otage.
[9] Un « pas grand-chose »
[10] Silverado Savings and Loan Crisis (S&L crisis):  précédée par la période des junk bonds et du krach de 1987, la crise des Savings and loan, les caisses d'épargne américaines, s'est déclenchée en 1987 en raison d'investissement hasardeux dans l'immobilier, pour profiter d'avantages fiscaux qui permettaient de meilleures plus-values. Voir sur ce point l’analyse absolument remarquable de W. Engdahl (« Pétrole, une guerre d'un siècle », éditions anciennes Godefroy, 2007, chap.11; également « Economie de crise », Nouriel Robin, 2009).
[11] Référence évidemment à l’Irak, 2003.
[12] Dark Alliance.
[13] POTUS = Président Of The United States
[14] De nombreuses vidéos de S. Pieczenik développent ce sujet, il n'a pas été le seul à l'évoquer, mais il l'a fait avec une crédibilité certaine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire