Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake

Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake
...SOUVENEZ-VOUS DE LA VIEILLE REPUBLIQUE... HISTORIQUEMENT : LE MEILLEUR DE LA VIEILLE EUROPE...PAS DE CIVILISATION SANS LIBERTE+INITIATIVE..."QUE ROME PRENNE GARDE A LA COLERE DES LEGIONS... --- ... REMEMBER THE OLD REPUBLIC --- HISTORICALLY : THE BEST OF THE OLD EUROPE --- NO CIVILISATION WITHOUT LIBERTY + INITIATIVE --- "LET ROME BEWARE THE LEGION'S WRATH"...

2 décembre 2015

[additif] Cas d'école : des reporters d'Infowars inquiétés pour vouloir enquêter sur un possible camp djihadiste sur le sol des USA...


Cas d'école : « faire ou laisser faire? »
 
«InfowarsReporters Quizzed by Terror Task Force For Investigating ‘Islamberg’  - Some reports claim community is terror compound (Infowars, 2 dec 2015) [vidéo
         [Des reporters d'infowars, sont mis sur le grill avec des méthodes de Terreur, pour oser investiguer au sujet d'"Islamberg"- Certains rapports affirment que la communauté est composée de terroristes]
Infowars, Paul Joseph Watson - 2 Décembre 2015 :

« Les reporters d'Infowars Joe Biggs et Josh Owens ont été questionné par la police de New York Police et l'unité antiterroriste du FBI [Terror Task Force], par ce qu'ils menaient des investigations sur Islamberg, la petite communauté musulmane dont certains ont clamé qu'elle était plutôt composée de terroristes.
         Biggs est Owens sont arrivés à Islamberg, un petit hameau dans la ville de Tompkins, comté du Delaware, afin d'inspecter de plus près des rapports indiquant que cette zone sert à la mise en scène d'entraînement djihadistes, après que des témoins oculaires aient entendu par le passé « des sons inhabituels de fusillades et explosions... émanant de ces installations » [Fox News : Islamberg: « A Terror Compound in New York ... or Misunderstood Neighbors? », 12 juin 2007].
         Après avoir approché des gardes de sécurité dans le périmètre du hameau, Biggs et Owens se sont entendus dire qu'ils ne seraient pas autorisés à entrer avant que leurs accréditations aient été vérifiées.
         Biggs a donc donné aux gardes son numéro de téléphone, mais reçu par la suite un appel de la force antiterroriste conjointe [Joint Terrorism Task Force, JTTF, FBI], demandant pourquoi les journalistes désiraient investiguer le village.    
         Peu après, Owens a lui aussi reçu un appel de la même Task Force, malgré le faite qu'il n'avait donné son numéro de téléphone à personne. Lorsqu'owens a alors demandé comment le JTTF avait eu son numéro, les officiels lui ont répondu qu'il ne pouvait pas lui dire, mais qu'il savait qu'il avait visité Islamberg [traçage possible par téléphone mobile d'après les balise GSM].
         Ces derniers mois, Biggs aux côtés des reporters d'Infowars Paul Joseph Watson et Michael Zimmerman, avait été chassé de Molenbeek (Belgique ), la zone interdite [no-go zone] labellisée comme la "capitale djihadiste de l'Europe", qui servit en tant que base pour un certain nombre d'individus impliqués dans le massacre de Paris [13 novembre 2015].
         Biggs à évoquer clairement dans une vidéo que ses intentions étaient simplement de dire la vérité sur Islamberg, et de tirer au clair la question de savoir si le hameau était en effet une "zone interdite ", il s'agit il s'agissait d'une communauté musulmane pacifique.
Autre vidéo : « Drone Investigates Islamic Camps » : « Est-ce que la loi de la charia arrive en Amérique ? Trop tard, elle est déjà ici. InfoWars investigue sur des potentiels camps d'entraînement djihadistes radicaux au sein même des États-Unis. »

         Deux reporters envoyés à investiguer ce qui ressemblerait à de potentiels camps de formation de terroristes sur le sol des États-Unis, un potentiel "nouvel IslamBerg"
         Ce qu'il y a d'étonnant, c'est que le gouvernement américain semble davantage préoccupé par les reporters, qui sont considérés comme suspects, que parce qu'il pourrait se passer dans ce camp...
         Le secret entourant le camp est suspect en lui-même, il est localisé dans une zone très pacifique. En apparence, les gens qui y sont formés semblent pacifiques, mais le doute est permis après avoir parlé avec le maire et les riverains, qui rapportent des explosions et des fusillades, vraisemblablement lié à des entraînements [de type paramilitaires].
         Le pire, c 'est que ce sont les reporters qui sont intimidés par les moyens régaliens de l'État : l'un d'eux donne son numéro après s'être présenté amicalement au camp en tant que reporters et avoir serré des mains, mais de façon curieuse c'est la police de l'Etat de New York qui le rappelle, lui demandant « pourquoi voulez-vous investiguer? ».
         Mais le meilleur est que son binôme [le collègue du reporter] est aussi rappelé, alors que son numéro n'avait pas été donné, il demande à son interlocuteur comment son numéro a pu être obtenu, la réponse sur un mode intimidant de la part de la police est en substance : « hey, nous sommes la police, nous avons moyen d'obtenir les informations... ».
        
         La conclusion est que, tandis qu'Obama plaide l'immigration par escroquerie aux valeurs américaines... (genre : « les migrants sont des bébés et des femmes »...) c'est une opération psychologique qui se déroule sous nos yeux, masquant autre chose...
         Il faut être extrêmement naïf ou inconscient de ce que sont les opérations spéciales "noires", pour ne pas comprendre... 

Rapprocher, à l'occasion de la fusillade de San Bernardino :
         « les tireurs "avaient préparé leur acte, comme s'ils étaient en mission", a commenté Jarrod Burguan, le chef de la police locale. » ( (« Fusillade de San Bernardino : les deux suspects abattus par la police ont été identifiés », France 24, 4 décembre 2015)
            « Tuerie de San Bernardino : Obama promet de "traquer les terroristes" » (France 24, 7 décembre 2015)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire