Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake

Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake
...SOUVENEZ-VOUS DE LA VIEILLE REPUBLIQUE... HISTORIQUEMENT : LE MEILLEUR DE LA VIEILLE EUROPE...PAS DE CIVILISATION SANS LIBERTE+INITIATIVE..."QUE ROME PRENNE GARDE A LA COLERE DES LEGIONS... --- ... REMEMBER THE OLD REPUBLIC --- HISTORICALLY : THE BEST OF THE OLD EUROPE --- NO CIVILISATION WITHOUT LIBERTY + INITIATIVE --- "LET ROME BEWARE THE LEGION'S WRATH"...

23 mars 2017

[Entrevue infowars] Les Neocons veullent détruire les Etats-Unis – Ex : Neil Gorsuch est dangereux



[Entrevue infowars] Les Neocons veullent détruire les Etats-Unis – Ex : Neil Gorsuch est dangereux

Ajoutée le 23 mars 2017
Le Dr. Steve Pieczenik expliquent comment les néoconservateurs sont en train d’essayer de détruire les États-Unis, ainsi que ce qu’il pense de la nomination à la Cour Suprême de Neil Gorsuch.

Alex Jones [brossant brièvement le tableau de la situation] :
Juge Gorsuch nominé par Trump, qui lui mord la main ensuite
–[Devin] Nunes admettant [faisant ses excuses] au Comité National du Renseignement [National Intelligence Committee][1] : « bien ce qu’ils nous espionnent » [FBI-NSA]. Large désinformation médiatique à ce sujet[2].
–La dernière attaque islamique [Londres], les médias essayant de la faire passer pour autre chose islamique
Mickeal Moore appelant de nouveau à la Loi Martiale [contre Trump][3]
–L’ancien Assistant au chef du Département de la Défense dans le Washington Post, tentant d’organiser un Coup d’Etat contre Trump.
Alex Jones est lui-même inquiété, sous le coup d’investigations criminelles, logique d’État policier. Pourtant, bien qu’Alex Jones soit anti-étatiste (pensée des Etats du Sud, méfiance instinctive vis-à-vis de l’État fédéral), mais quand vous voyez ces gens appelés à tuer le Président, vouloir tout brûler, fermer Infowars/Alex Jones parce que « c’est un agent russe » [l’Etat ne doit pas se laisser faire][4]On a laissé le Département d’État après le départ d’Obama, pleins d’agents subversifs :  ils fouillent partout pour trouver une connexion avec les russes[5].
Dire de la réaction nationaliste américain qu’elle serait venue des Russes, c’est fou, et à présent nous avons la Commission fédérale aux élections [Federal Elections Commission) disant aller après contre Drudge Report, ils agissent comme si Trump n’avait pas été élu[6].
[Alex Jones] : J’ai parlé de ça avec Pieczneik, [qui a évoqué la dynamique de] changement de régime contre les mondialistes [derrière Trump], ça arrive partout dans le monde, mais ils [les mondialistes] n’en ont rien à faire : ils continuent juste d’aller de l’avant, c’est un gros problème dans leur psychologie [lavage de cerveau implacable], Nunes admettant : « bien sûr que nous espionnons »[7], mais il y a eu des centaines d’articles dans le New York Times ou le Washington Post, disant qu’ils espionnaient depuis deux mois, mais il n’y avait rien dans les rapports d’espionnage, donc Trump a dit « vous n’auriez pas dû faire fuiter que vous aviez espionné », ce à quoi ils [les mondialistes] répondent : « nous n’étions pas en train d’espionner, mais nous allons quand même vous destituer ».
Il s’agit ici de cas psychiatrique et de mensonges pathologiques. En plus je pense plutôt qu’ils se livrent à une sorte de danse fantôme métaphysique dont les démocrates ont le secret, mais le danger ce qu’ils ont toujours des financements majeurs, et ils croient pousser en avant une tentative de tuer le Président. Ma question est : dans un Etat de droit, sous la loi, vous ne pouvez pas simplement ignorer ce genre de choses. Si le Président disait : « nous allons vers les frontières, voler plus d’impôts aux gens, nous faire fusionner avec la Chine ou que sais-je ? Je pense que quelqu’un ferait quelque chose [destitution/impeachment] parce que le Président [irait contre sa propre fonction]… »
Le Président [Trump] gagne sur tous les fronts, il a la majorité des gens derrière lui, il a les militaires et la plupart des Agences de Renseignement derrière lui, mais alors pour continuer à faire du bruit [revanche de la gauche mondialiste dans la rue et les médias], ils vont continuer à se lancer dans des arrestations contre moi par exemple ou me tuer, je me demande si ces gens souhaitent mourir ou parce que je ne suis pas violent mais la façon dont ça court dans les rues [émeutes], s’ils tentent de tuer le Président, Trump est également prêt à manœuvrer contre eux. Je ne sais pas comment ça va se dévoiler, demandons à Pieczneik que nous remercions de nous rejoindre :

SP : nous avons ici la résonance de ce que nous avons dit quelques années plus tôt : des années plus tôt, je vous ai dit qu’il m’avait été demandé si je pouvais être contrôlé depuis plus haut, et j’avais répondu : « bien sûr, je n’ai pas de problème avec ça, vous les gars vous m’avez contrôlé durant des années, vous n’aviez pas à l’annoncer, mais je ne n’a pas eu de problème avec ça, j’ai compris pourquoi vous l’aviez fait, je n’ai pas de problème avec ça, je n’ai pas réprimé mon discours, à présent vous n’allez pas plus réprimer ou supprimer la parole Alex Jones ou la parole de quiconque ».
Comprenons certains faits historiques et perspectives, avant de développer/dévoiler ici, et je ne parle pas de vous Alex : premièrement, la notion de suppression et de surveillance de la liberté d’expression américaine, remonte à FDR, l’absolu grand Président de gauche que nous avons eu, et un grand Président par ailleurs. Il lui fut demandé/dit par à la fois le Congrès et la Cour Suprême : « vous ne pouvez pas surveiller d’une quelconque façon par des voies électroniques, les commissions ou le renseignement électromagnétique qui provient du public Américain, c’est-à-dire les téléphones quoi que ce soit d’autre ». Il a répondu « oui, oui », mais est passé outre. Dès lors nous avons eu une surveillance camouflée de tous les citoyens et dans le même temps, ce grand Président de gauche a incarcéré des américains d’origine allemande, italienne, japonaise, durant la Deuxième Guerre mondiale.
Donc l’histoire de la surveillance dans ce pays remonte à l’époque de FDR. Elle a augmenté lorsque la NSA fut créée en 1948–49 :  une loi fut adoptée selon laquelle toute ligne de téléphone américain passait littéralement par la NSA. Donc penser que nous n’avons jamais été surveillés d’une aucune façon ou est absolument puéril et absurde.

AJ : ils ont d’ailleurs pris le modèle de l’OSS et des Britanniques qui le faisaient en temps réel [durant la 2e GM]…

SP : correct, je veux dire qu’en effet il s’agissait de la Seconde Guerre mondiale, puis ce fut la Guerre Froide, et à bon droit ou pas, ceci a été mis en place, parce que c’était la façon de veiller sur/protéger la République.

AJ : mais pour être clair, ils n’ont pas juste écouté tout le monde, toutes les lignes : [c’était plutôt comme ça ] : une fois qu’il y avait quelqu’un suspecté d’être un agent allemand ou quelque chose comme ça, ils commençaient à le mettre sous surveillance…

SP : correct, en d’autres mots, mais nous ne nous avions cette capacité de surveillance qui n’était pas sanctionnée par la Cour Suprême, ni par le Congrès.

AJ : nous avions donc une surveillance en marge [si ce n’est à l’encontre] du système constitutionnel, et pour eux alors, le nier, lorsqu’ils disent qu’ils surveillaient Trump, c’est juste fou.

SP : correct, mais une fois encore avec tout le respect, nous sommes face à une distractionet un déni stratégique[8]. Le vrai problème qui arrive, c’est qu’une fois encore nous avons les néoconservateurs qui reviennent avec leurs gros sabots. En ce moment même sous votre nez, sous le nez du Comité Judiciaire [Judiciary Committee], passe Neil Gorsuch : un homme très décent qui ressemble à quelqu’un de parfait, son intégrité morale semble hors de doute, il est allé à Harvard, Suma cum laude, et il a un PhD de Oxford. Mais si je regarde de plus près ses antécédents, j’ai un gros problème : durant une période de 14 mois en 2005, lorsqu’il a travaillé directement pour le procureur général Gonzalez, il a initié mis en place de nombreux programmes qui étaient complètement illégaux et immoraux : premièrement la mise en place des interrogatoires, deuxièmement l’interprétation/traduction [rendition], troisièmement la torture. Il a été une personnalité clé dans la mise en place de la torture et la légitimation de la torture contre le soi-disant terrorisme.
À présent, souvenez-vous que tout ceci s’est déroulé des suites du 11 septembre 2001. Nous avons ici un soi-disant gars du Colorado qui nous vante son humilité[9], un gars qui est réellement assez brillant, mais qui dans le même temps est passé par l’école préparatoire de Georgetown, qui d’ailleurs est une école jésuite, je n’ai rien contre, mais clairement il y a appris comment suivre les ordres. Et dans ce cas, je dois dire que Diane Feinstein aussi es dans le même cas : je ne suis pas d’accord avec elle la plupart du temps, mais là elle a été correcte [fondée] d’appuyer sur le problème clé : parce que l’intégrité morale de Neil Gorsuch ne réside pas dans 48 ans de sa vie, mais dans les quatre dans les 14 mois dans lesquels il fut un co-conspirateur avec Bush, Cheney et Wolfowitz, COndie Rice et Romney, afin de mettre en place le Patriot Act, tout en augmentant le terroriste et les interrogations : ceci fait de lui un homme immoral. À partir de ce point-là, j’ai une question [je remets en cause] quant à cet homme qui ne peut pas devenir un juge de la cour suprême.
Ce qu’il se passe en fait, ce dont vous et moi avons parlé au sujet d’autres problèmes que je suis toujours : la [re]montée en puissance et la chute des néoconservateurs, comme vous avez su nous avons réussi a stoppé John Bolton, qui était en train d’arriver en tant que personne clé du Département d’État, mais qui aujourd’hui tente finalement d’entrer à la Maison-Blanche[10].
Si Trump réalise cela ou pas, il comprend [en tout cas] ce que je dis, et ce qu’un groupe de chez nous [Communauté américaine du Renseignement, notamment militaire] est en train de dire, nous ne sommes pas des dillétantes, nous ne sommes pas des personnes qui avons une hache à  affûter, mais il n’y aura pas de néoconservateurs dans la Maison-Blanche ou au département d’État. Laissez-moi le répéter, afin que Trump et son équipe comprenne ceci : et jusqu’à ce qu’il comprenne cela. Je me moque de qui vous êtes, si vous êtes le PDG d’une firme à 500 milliards de dollars, comme Mobil Oil [référence à Tillerson] : vous ne devez pas menacer la Corée-du-Nord sous aucune condition, parce que vous avez un abruti comme John Bolton[11], qui n’a jamais été au sein des militaires, qui a été apeuré de rejoindre nos militaires et a dit publiquement qu’il était n’avait peur d’être tué dans les rizières, au Vietnam...

AJ : donc avec ceci, que dites-vous des Démocrates, c’est ma question : s’il s’agit d’une distraction, ils sont littéralement en train de courir tout autour, disant qu’ils vont tuer le Président, et bientôt vous avez…

SP : ceci n’est pas important. Là tout de suite, les démocrates ne sont pas pertinents. La seule chose importante à faire, c’est de revenir à ce point : nous ne pouvons pas avoir des néoconservateurs montant [dans l’Administration Trump]. Ce que vous et moi avons dit depuis longtemps…

AJ : quand vous dites que les néoconservateurs sont un groupe dangereux et que Trump ne peut pas les apaiser…

SP : Diane Feinstein, n’est pas dangereuse, Nancy Pelosi n’est pas dangereuse, Michael Moore non plus : ils ont tous étés neutralisés. Mais ce qu’il s’est passé grâce à vous et un groupe qui parmi nous, sommes les “gardiens de la révolution“, c’est que les néoconservateurs qui ont toujours été des couards, et vous ont déprécié, ainsi que moi et que Trump, tentent une fois encore de revenir comme les rats qu’ils sont, ils sont de retour à la Maison-Blanche. Et au lieu de mettre l’accent sur [les Démocrates, il faut plutôt le mettre sur] ce retour en puissance des néoconservateurs, avec Gorsuch, Eliott Abrams, John Bolton, aucun d’entre eux n’a un quelconque droit à revenir dans cette Administration. Ils n’ont été que des couards, des gens qui…

AJ : dans ce cas pourquoi les néoconservateurs veulent et regardent ce qu’il se passe avec la Corée-du-Nord, en Chine et en mer de Chine du Sud ?

SP : Alex, je sais que vous n’aimez pas [la Corée du Nord], mais là nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde : les néoconservateurs veulent [avant tout, par tout moyen,] que l’Amérique aille en guerre…

AJ : Non, ce n’est pas que je veux aller en guerre, je ne suis pas en désaccord avec vous, mais je veux probablement aller sur le sujet que je maîtrise, continuez…

SP : la Corée-du-Nord a 2 millions d’hommes sur la zone démilitarisée [DMZ]. Nous sommes à 50kms de Séoul. Si John Bolton arrive aux affaires, il n’aura aucun problème [scrupule] à mettre en place des actions préemptives[12] [contre la Corée du Nord], quoi que cela puisse signifier, parce qu’il n’a jamais été dans l’Armée, il n’a aucune stratégie, ni tactique. Et 2,2 millions de nord-coréens vont se ruer dans la zone démilitarisée, et se retrouver en quelques heures vers le sud…

AJ : bien sûr mais sa seule action [de Kim Jung-Un] jusqu’à présent c’est de charger des têtes nucléaires dans des missiles, si vous voulez aller en guerre, vous devez en tant qu’actions préemptives atomiser la Corée-du-Nord, leur capitale, vous devez frapper cette pleine zone démilitarisée, et ça se terminera par un ultimatum, jusqu’à ce que John Bolton ou n’importe qui d’autre [se voie signifier un autre] ultimatum : « si vous essayez quelque chose, les Russes ou la Chine vont atomiser la côte Ouest des États-Unis »..

SP : Alex, souvenez-vous que j’ai été dans les affaires de la dissuasion nucléaire [nuclear deterrence], nous l’avons mise à bas, nous avions mis à bas l’Union soviétique…

AJ : je comprends mais c’est la version publique de ce qu’on nous en donne

SP : la Corée du Nord n’est pas intéressée dans un jeu de bluff, elle se moque de nos sanctions, ce que la Corée-du-Nord va faire et ce qui est le mieux pour la Corée-du-Nord : notre préparation doit ceci focaliser sur les enjeux tactiques et stratégiques, sur comment traiter avec la Corée-du-Nord et avec d’autres pays.

AJ vous aimez Trump et vous êtes énervé de revoir les néoconservateurs reprendre pied dans son Administration. Et vous ne pensez pas que les néoconservateurs ont appris une quelconque leçon [de leurs erreurs passées] ?

SP : ils ont toujours été destructifs pour le pays. Ce que nous avons fait…

AJ : je ne le défends pas [John Bolton/les Néocons], je ne peux pas le[s] supporter, mais qu’est-ce que Trump veut de moi, que je fasse moi ?

SP : nous n’en sommes pas au pourquoi. En fait nous tentons d’éviter ce que nous avons vu sous les Administrations Bush Cheney et Obama…

AJ : OK, pourquoi donc les néoconservateurs essaye-t-il encore [de semer le trouble et les guerres]… ?

AP : parce qu’ils en sont capables, ils sont capables d’être incroyablement reptants comme des serpents, ou agiles comme des rats : ils sont sur le bateau, je ne suis pas autour de Washington, vous n’y êtes pas non plus, mais ils sont capables de coopter le parti Conservateur [Républicain] qu’ils ont financé, via Sheldon Adelson [Goldman], par les [Robert & Rebecah] Mercer[13] et d’autres…

AJ : et ils ne s’en privent pas, s’ils sont capables de dire à Trump et ses bonshommes plus faibles derrière lui : nous allons être gentils, aussi longtemps que Trump nous laisse régir les choses, mais ensuite à chaque fois qu’il les laisse faire fuité de l’information, ils sont un groupe de rats… [Ron(ald)] Perlman, et tout un groupe d’autres gens sont juste fous, regardez comme Perlman se comporte auprès des artistes du Président[14] : il aime se montrer à des cocktails à la télé, et dire qu’il tue beaucoup de gens, il ne se fait paraître viril, et ensuite les femmes s’écartent de lui/d’eux, ils se vantent de tuer des gens, c’est ce que je veux, je veux dire qu’il est comme dérangé, comment est-ce que des petits gars pâteux comme des ratons laveurs, peuvent arriver au contrôle de ces choses, c’est comme Bolton avec sa grosse moustache ridicule, il agit comme si tout dépendait de lui…

SP : ils ne font, puis ils prennent leurs jambes à leur cou, lorsque vient le temps des actes, et de faire quelque chose de moralement juste. Ils ne vous ont pas soutenu, et non pas soutenu leur propre Président, ils n’ont pas été capables de démissionner…

AJ : ils sont venus contre moi avec toute la publication afin d’essayer de stopper Trump..

SP : je ne parle pas de ça, je parle du fait qu’ils ne sont pas qu’ils n’ont pas été en mesure d’aller contre le Président des États-Unis.

AJ : je suis d’accord, mais dans ce cas, pourquoi il [Trump] est en train de laisser des gens limiter [son pouvoir], ses ennemis dans cette campagne.

SP : parce qu’il n’a pas d’autre alternative, je ne sais pas pourquoi il les choisis...

AJ : je vais vous dire pourquoi : parce qu’à chaque niveau, personne ne va appointer/nommer qui il dit, à chaque niveau chacun ignore/édulcore ses ordres, et dit pourtant « yes sir,  yes sir,  yes sir… »[15], mais pourtant il ne peut pas amener quiconque dans son Administration [sans un accord extérieur]. Il y a une totale mutinerie, et c’est ce que je vous dis : il [Bolton ?] a eu ce bureau au Département d’État, en menant des opérations contre lui [Trump], disant qu’il était un agent russe, alors qu’est-ce que vous pensez de sa plainte selon laquelle j’ai été dirigé par les grands méchants russes ?

SP : bien c’est absurde, vous savez très bien que les russes n’en ont rien à faire, bien qu’ils puissent vous apprécier, ou qu’ils peuvent plus ou moins m’aimer moi-même ou me craindre… ce n’est pas pertinent/utile ici. Le fait est que les russes ont surveillé tout le monde, comme nous les surveillons…

AJ : mais pourquoi nous sentons-nous obligés de leur donner ce super pouvoir…

SP : c’est exactement mon point : une fois encore nous nous engageons dans une logique d’autodestruction, la même depuis Bush, Cheney. Trump est à présent en train de féliciter Cheney pour son soutien, et ce que nous avons, c’est un Président que nous ne vous nous voulions voir en place, mais n’est pas bien conseillé…

AJ : en effet, il semble avoir fait un bon boulot sur l’économie, les emplois, pour les américains moyens, ce… mais le problème c’est qu’avec sa loi sur la santé [Obamacare], il s’agit d’une nouvelle manipulation de l’établissement, pas aussi mauvais/vulnérant que pour l’Obamacare, mais qu’il l’engage dans une spirale de la mort : nous allons résoudre le problème, mais son propre parti ne veut pas, donc Trump est en train de commencer à faire des erreurs.

SP : correct, et ce dont il a besoin, c’est des gens comme vous [AJ] ou moi [SP], qui ont été impliqué est capable de prendre des risques et de créer. Il n’y a pas un seul néoconservateurs qui n’a jamais servi son pays où monter sa propre entreprise, mais ce que je veux dire c’est que nous allons vers un jeu de cellules [ ?]

AJ : concernant les néoconservateurs, regardez le Washington Post, New York Times, des années :  auparavant ils étaient trotskistes… expliquez-nous ça :

SP : les néoconservateurs ont été créés par un magazine Commentary, par un homme du nom de John Podhoretz, qui était le beau-père d’Éliott Abrams, et qui se sont avérées malheureusement être un grand nombre de juifs, qui étaient trotskistes et communistes. La seule chose qu’ils ont compris, c’est que nous devons avoir une révolution dans chaque point de la progression de l’histoire, ils ne sont pas pro-américains, ils ont toujours évité le service militaire, ils ont toujours été des couards face aux à la conscription, puis à l’époque où…[16]

AJ [inquiet dès qu’on parle des juifs, se sent obligé de préciser pour se couvrir] : vous-même vous êtes juif, ce n’est pas un problème qu’il soit juif, mais il soit des juifs trotskistes

SP : ce que je vous ai dit, ce sont des juifs trotskistes, je vous ai dit au sujet de Zalmay Khalilzad, d’Afghanistan, de Steve Hadley qui est chrétien, [il peut y avoir des non juifs], je pourrais parcourir toute la liste…

AJ [toujours pour se couvrir] : je ne suis pas contre Israël, mon point de savoir ce qui ne va pas bien avec les néoconservateurs, par ce que secrètement il continue d’émerger, ils sont alliés avec les islamistes radicaux[17]

SP : les néoconservateurs veulent un état constant de guerre, avec un complexe militaro-industriel au sein des États-Unis, qui rende certain qu’Israël soit le point focal du Moyen-Orient : ça n’a pas marché, nous nous sommes débarrassés de Saddam Hussein en Irak [à leur instigation], ça n’a pas marché…[18]

AJ : vous nous donnez l’arrière-plan, mais ici la question : des centaines de publications disent comme je le dis depuis deux mois, qu’il y aurait une opération de coup d’État doux [soft coup] recours au sein de la nation, contre Trump[19], que ses ordres sont ignorés, et je devine qu’il pense amener ces gens en place pour que les choses avancent, c’est juste de les laisser conquérir les plus hauts postes. Donc qu’est-ce qu’il faut faire…

SP : ce que nous avons fait, et malheureusement je dois  [nous avons dû] reculer un peu : nous avons mis Michael Flynn en en place, qui était capable de bien des façons de se débarrasser de certains de ses néoconservateurs, mais malheureusement nous avons des généraux à la position de Secrétaire de la Défense [Mattis], et ailleurs McMaster, [qui ont/] nous avons accepté la notion que nous pouvons mettre des soldats dans une mauvaise situation où nous en avons pas de stratégie, : nous n’avons pas de stratégie en Syrie, en Irak, et encore une fois en Afghanistan : depuis 15 ans voilà ce que les néoconservateurs ont fait…

AJ : pensent-ils renverser l’Arabie Saoudite, si [l’Arabie] ne retire pas leurs forces…

SP : Ils ne vont pas faire sauter l’Arabie Saoudite, qui fait partie du financement du narratif néoconservateurs…

AJ : c’est ce que je viens de dire, si vous voulez en finir avec l’EIIL, vous devez renverser l’Arabie Saoudite, et ce sera fait [lma fin de l’EIIL] dans la nuit…

SP : je pourrais aller à la CIA ici même et vous montrez les gens qui les ont créés [l’EIIL], les gens impliqués, également les opérationnels du Mossad…

AJ : OK donc comment en finir avec l’EIIL ?

SP : c’est facile ! C’est juste de l’ingénierie inversée par rapport à la façon dont nous les avons créés, comme pour Al Qaïda, l’EIIL a été créé par la CIA. Je suis allé chez [George] Tenet, chez les gens qui créé tout ça, je fais[ferais] les interrogatoires, puis je vais trouver [/trouverais] qui est impliqué, puis d’où proviennent les flux financiers, d’Arabie Saoudite et Israel, Jordanie, EAU, Dubaï, ce n’est pas difficile, vous ne combattez pas un ennemi que vous n’avez pas besoin de combattre, puisqu’il a été créé par nous-mêmes…

AJ : donc, il n’était pas possible de faire pression sur l’Arabie Saoudite et le Qatar et les autres ?

SP : non-sens, pas besoin de pression parce que l’Arabie Saoudite est littéralement comme un cousin : ils ne pourraient pas être plus proche [des Etats-Unis/d’Israël], ils ont peur de si vous voulez vous en débarrasser…

AJ : je suis d’accord, donc vous dites : ne dites pas aux saoudiens que notre propre gouvernement soutient toujours Al nusra Al Qaïda l’État islamique, et que Trump ne sait pas comment le faire.

SP : vous n’avez pas besoin d’aller loin à l’étranger quand vous pouvez rester à la maison, et je peux aller directement à la CIA et vous sortir chaque personne qui a été impliquée, puis aller jusqu’au renseignement saoudien, jusqu’au Mossad, et je peux vous trouver toutes les personnes qui ont été impliquées : chez les néoconservateurs, concernant le 11 septembre 2001, et les mettre tous devant le tribunal. Mais ce n’est pas ce qui est en train de se passer. En effet, ce qu’il s’est passé, c’est une ce qu’il se passe, c’est une répétition des échecs qui se sont passés depuis le 11 septembre, et Trump, à présent, va être impliqué dans ce grand problème. Je n’ai rien à faire de Jared Kushner, il ne sait même pas ce qu’il fait…

AJ : je sais, mais concernant Kushner, gendre idéal, il a tout pour lui par sa famille qui lui donne l’argent pour, qu’est-ce que fait ce jeune homme dans chaque réunion que fait Trump, on dirait que c’est le chef… ?

SP : le problème c’est que Trump doit avoir quelqu’un autour de lui, avec lequel il se sent en sécurité [psychologiquement parlant]. Qu’il s’agisse de Ivanka ou Jared Kushner. C’est sa famille, ce n’est pas mon problème. Mais mon problème est que Jared Kushner…

AJ : quel est ce problème avec Trump voulant que toute sa famille soit autour de lui ?

SP : en étant gentil je peux dire qu’il aime sa famille. A un niveau plus sophistiqué [d’analyse], je dirais qu’il a besoin de ceux avec lesquels ils se sont confortables, afin de se donner à lui-même une sorte de barrière psychologique, avant d’être en mesure de traiter avec des étrangers. Est-ce que c’est inhabituel ? Non. JKF avait la même chose avec RFK à ses côtés… je ne vais pas développer ce point le problème ce n’est pas la compréhension de l’homme [Trump], le problème c’est l’action qui est initiée [réimporter les néocons dans l’Administration Trump]…

AJ : Je savais qu’Hillary allait détruire le pays, je ne sais que Trump n’est pas parfait, j’ai déjà fait les choses héroïques, je suis d’accord avec vous que ses néoconservateurs qui veulent des guerres sont juste fou.

SP : mon point est simple : Gorsuch ne peut pas être nominé à la cour suprême.

AJ : mais il semble être un bon conservateur. Pourquoi dites-vous qu’il est un mauvais homme… ?

SP :  Non il n’en est pas un [bon conservateur].

AJ : les gens se demandent pourquoi j’aime avoir un pays, quelle est sa culture, ses idées, ses principes, ça ne veut pas dire qu’ils sont tout le temps suivis ou parfaits. Mais le mondialisme veut une fournée de multinationales : Mark Zuckerberg, Eric Schmidt et autres se prenant pour Dieu, c’est un cauchemar. Mais à l’instar des néoconservateurs, presque aucun n’a jamais été dans l’armée, or ils veulent toujours des guerres, en allant jusqu’à dire qu’une guerre nucléaire serait “survivable“… c’est juste de la folie, c’est pourquoi je reçois aujourd’hui le Doc. Pieczenik, pour expliquer pourquoi Gorsuch ne peut pas être nominé à la cour suprême.

SP : pour votre audience, j’aimerais que les gens voient un film appelé « judgment at nuremberg », les procès de Nuremberg concernaient exactement le juge Gorsuch : la question a été posée par nos procureurs après la guerre : pourquoi les juges allemands nazis qui étaient très fins, sains d’esprit, et ont été capable de produire des lois qui étaient contre les juifs, les homosexuels, etc., et ils ont été supprimés. [Pour] Gorsuch [la même chose :] : un individu très décent, MAIS durant 14 mois, il a abandonné sa décence est littéralement devenu l’un des promoteurs d’un État fasciste [les États-Unis], considérant qu’il était bon d’initier la suppression de la liberté, notre surveillance, nos libertés individuelles normales, l’augmentation de l’utilisation de la torture : il la justifiait lorsqu’il est allé à Guantanamo, en osant dire que c’était la meilleure chose, il a écrit pour le Conseil des Relations Etrangères [CFR], souvenez-vous que j’y ai été mais je les ai quittés, pour dire que nous devions avoir une discussion politique sur le besoin de torture [à fin de lutte antiterroriste].
Et donc ce qu’il s’est passé durant ces 14 mois, a été de révéler la nature sous-jacente de ces américains, soi-disant décents, qui n’était pas différent de ces juges allemands décents, mais qui ont prétendu suivre les ordres. Et les ordres étaient de supprimer les libertés individuelles américaines. Il aurait dû dire non : « je suis un avocat mais à ce point de la moralité, mon travail d’avocat prend le pas sur mon boulot ». Or il n’a pas été en mesure de le faire. Et il n’a pas voulu le faire [« qui veut une place est déjà vendu » - Napoléon], et au lieu de ça il est devenu ce gros visqueux qui a eu tous les accords dont il avait besoin, qui a travaillé pour les canaux conservateurs, à travers la Fondation Héritage, la fondation fédéraliste [Federalist Foundation], il s’est fait passer pour plus blanc que la femme de MacBeth, alors qu’en fait il était déjà compromis moralement. Quand un homme ou une personne est compromise moralement, je ne veux pas savoir s’ils ont été justifiés pour 99 ans, mais il y a un problème.

AP, revenant à Trump : il a un style autoritaire, l’élite ne l’aime pas, parce qu’il ne travaille pas avec, il est en train d’essayer de mettre au pouvoir des gens… donc j’aime Trump, mais il y a ce genre d’autoritarisme...

SP : Trump n’a jamais supprimé la liberté de quiconque… Gorsuch n’a pas uniquement supprimé la liberté, il était le numéro trois mystère de la justice [justice Department], il n’aurait pas pu mieux remercier Bush junior, il a été remercié avec un Tenth Circuit Court [poste judiciaire], au Colorado. Pourquoi le Colorado ? Parce qu’il est venu [arrivé en haut] avec son narratif de mensonges, qu’il est un de ces garçons du Colorado de la cinquième génération, alors qu’en fait il a grandi à Washington DC, sa mère et fut la première directrice femme de l’EPA, il est allé à la Tony Boarding School, Gorgetown, école préparatoire jésuite, puis qu’il est allé à l’université de Columbia puis Harvard... Il est de la crème de la crème, [the topping of the cake], puis il est allé à Oxford et a écrit des bêtises dénuées de sens comme pourquoi vous ne devez pas avoir d’euthanasie, et de suicide assisté.
Cet homme sent la capacité de grimper l’échelle politique, mais au moment de vérité, [si on le compare] au moins avec CheneyJe savais ce que Cheney était : un rat, depuis le premier jour, mais il n’a jamais changé.  Gorsuch, lui, est passé de la droite à la gauche, et se fait passer pour quelqu’un droit dans ses bottes : « je n’ai rien fait, j’étais juste un avocat » : NON ! Vous avez fait plus qu’un avocat, il a perpétré et instillé la facilitation de la suppression des libertés et de l’État, ça s’appelle le fascisme : que cela soit pour un jour, une semaine, une année, ça reste du fascisme. Pour cette raison seulement, il ne mérite pas d’être à la Cour Suprême. Il y a bien d’autres juges conservateurs qui le mériteraient...[20]

AJ : donc il doit être il va être confirmé, je comprends votre point, mon problème est d’imaginer quand Hillary…

SP : Je ne peux pas soutenir les personnes qui ont créé les problèmes, ce n’est pas avec elle qu’on va les résoudre…

AJ : Retour à Nunes, sur l’espionnage de Trump et les dénégations…

SP : c’est encore une distraction… ce que le public ne sait pas, c’est que nous avons 500 marines sont arrivés en Syrie dans une guerre qui ne peut pas être gagnée, dans une bataille qui n’a même pas été planifiée correctement, à Raqqa.

AJ : mais Trump a promis qu’il allait les tuer..

SP : vous ne pouvez pas les tuer, vous ne tuez pas des soi-disant terroristes… [que nous avons-nous-même créés]

AJ : je parle la question de savoir si le commandement et le contrôle [Command & Control] réside toujours à la terre du Gouvernement américain, et qu’est-ce que Trump est en train de faire, en 60 secondes :

SP : les généraux, plutôt que d’avoir une réunion de 62 pays afin de savoir comment traiter l’EIIL, devraient plutôt se poser la question de la stratégie interne contre l’EIIL : comment a-t-il émergé, à travers le Mossad…

AJ : est-ce que les généraux suivent les ordres ? Est-ce que Trump laisse faire… ?

SP : ce que j’essaie de vous dire : les généraux ont échoué à faire ce qu’ils sont supposés faire, et la raison est très simple : ils ont été là durant la première guerre d’Irak et ils ont échoué, durant la seconde guerre d’Irak également, et ils n’ont jamais gagné une seule guerre, ils ont été impliqués dans des batailles mais pas dans des guerres.

AJ : Donc l’appareil de combat n’est pas prêt à utiliser du renseignement pour couper les soutiens de l’EIIL là où il faut ?

SP : vous avez compris. Le basique prérequis de toute guerre, et que vous la gagnez en utilisant la tête et pas uniquement les armes. Or en ce moment même particulièrement, vous avez chez les Marines particulièrement, vous avez de la chair à canon [des soldats qui ne savent même pas pourquoi ils se battent]. J’ai des boys qui sont juste revenus d’Afrique, ils n’ont même pas su me dire ce qu’ils étaient en train de faire en Afrique, ils ne savaient même pas pourquoi il y tiré contre certains gens, ils ne savaient pas pourquoi nous avions des troupes dans l’Est…

AJ : je comprends ce que vous dites :  il s’agit littéralement de cocontractants de la défense… [dociles][21]

SP : il s’agit encore du complexe militaro-industriel : nous n’avons pas besoin de 58 milliards de dollars de plus en budget militaire, qui est déjà gonflé à 600 milliards, et nous avons 888 généraux et amiraux, deux fois plus que nous en avions durant la Deuxième Guerre mondiale, et pourtant durant la Deuxième Guerre mondiale nous avions deux guerres [fronts], avec George Marshall et Eisenhower, et nous n’avons jamais eu autant de généraux [à cette époque]…



















[5]  « Democrats are organizing a coup against Trump » (infowars, , 3 février 2017)
[12] NDT : il est bien question d'attaque préemptive et non préventive ici : une idée de préemption au sens du droit latin (pre-emptio : « achat avant ») : un droit né d’une prééminence, c'est-à-dire d’un privilège de rang, conséquence d’une position dominante.
[15] Comparable à ce qu’il se passait sous de Gaulle en Mai 1968. Voir « Dans le secret des Services » (Philippe Madelin, Edit. Denoël, 2007).
[16] NDT : Situation EXACTEMENT équivalente en France, voir : « NOUS, LES NÉOCONSERVATEURS FRANÇAIS » (Solidarité et Progrès, 6 Décembre 2006). l
[17] NDT : Sujet déflecteur ici. Pieczenik a déjà été clair sur les liens entre Israël et l’islamisme radical via les Saouds. Ex : « [Infowars] Dr. Steve Pieczenik chez Alex Jones, sur Benghazi, Israël, le 11 septembre 2001, Netanyahou, l’AIPAC, le Sionisme. » (CVR, 16 septembre 2012).
[18] Sur le lien entre les juifs néoconservateurs, « The Clique that Sold Us the Iraq War », liste édifiante par Zfact ; « "The JEWS who Run Bush and the USA" » (26 mars 2003).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire