Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake

Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake
...SOUVENEZ-VOUS DE LA VIEILLE REPUBLIQUE... HISTORIQUEMENT : LE MEILLEUR DE LA VIEILLE EUROPE...PAS DE CIVILISATION SANS LIBERTE+INITIATIVE..."QUE ROME PRENNE GARDE A LA COLERE DES LEGIONS... --- ... REMEMBER THE OLD REPUBLIC --- HISTORICALLY : THE BEST OF THE OLD EUROPE --- NO CIVILISATION WITHOUT LIBERTY + INITIATIVE --- "LET ROME BEWARE THE LEGION'S WRATH"...

23 février 2016

[additif] Comment truquer les élections américaines : l'illusion de la démocratie, du fait des moyens modernes de la guerre psychologique...

« Thierry Meyssan : Comment truquer les élections US » : l'illusion de la démocratie,  du fait des moyens modernes de la guerre psychologique...

            « Intervention du journaliste indépendant Thierry Meyssan sur une télévision syrienne francophone où il expose la vérité sur la soi-disant démocratie américaine : le peuple n'est en aucun cas souverain, et désormais des sociétés spécialisées en opérations psychologiques sont utilisées pour fabriquer de faux partis et influencer l'opinion publique.
            Nous vivons vraiment de plus en plus dans le règne du mensonge, de la manipulation, de la propagande, et de l'illusion, où tout est devenu trompeur et très dangereux pour l'esprit.
            Un exposé clair et didactique montrant que le peuple américain a complètement perdu le contrôle de sa République. »

Note CVR :
            Thierry Meyssan, consultant politique, Président–Fondateur du Réseau Voltaire et de la conférence Axis for Peace [Axe pour la Paix].
            En France, nous en sommes encore au rouleau compresseur médiatique écrasant tout contestataire de la version  officielle du 11 septembre 2001 (voir pour un exemple, l'émission mythique Kassowitz/Bigard face à l'hypocrisie médiatique incarnée, dans l'émission "L'Objet du Scandale" France 2, 28 octobre 2009 , il y avait une seconde partie "soviétoïde" tentant d'écraser les deux invités encore un peu plus).
            Meyssan fut officiellement connu comme l'odieux auteur du célèbre livre "L'effroyable imposture" (Carnot,Paris, 2002) sur ce sujet, le premier livre certainement au monde, qui osa poser... les bonnes questions.  Les nombreuses déclarations de Steve Pieczenik depuis avril 2002, rendent totalement caducs ces oppositions des médias "PC" (Principaux Courants / Politiquement Corrects [Mainstream]) "français", que l'on devrait plutôt appeler média "mondialistes / stipendiés / aux ordres" car c'est ce qu'ils sont avant tout. 
            Afin d'illustrer ce sujet, à quel point il  n'est pas récent, rappelons les mots prononcés par le célèbre journaliste et auteur américain John Swinton, lors d’un banquet à New York le 25 septembre 1880, se fâchant alors qu'on lui proposait de boire un toast à la liberté de la presse :
            « Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! » (cité dans : Labor’s Untold Story, de Richard O. Boyer and Herbert M. Morais, NY, 1955/1979)

            Thierry Meyssan garde cependant quelques  inimitiés dans certains milieux d'influence  français, pour avoir été  initialement un vecteur influençable et anti-occidental, qui a pu être instrumentalisé contre les intérêts français, avant les années 2000 (voir sa fiche Wikipedia, et comprendre le rapport avec le très pragmatique Charles Pasqua).
            L'histoire montrera cependant que depuis les années 2000, et surtout depuis la crise syrienne  partir de 2011, Thierry Meyssan aura fait beaucoup pour qu'un semblant d'honneur et de vérité demeure associé à la France au Moyen-Orient, malgré le retournement de la France qui fut mis en œuvre entre 2003 (l'opposition franco-germano-russe à la guerre d'Irak) et 2011, un retournement de la France qui s'est opéré en faveur de l'OTAN et des intérêts sionistes, grâce notamment  au Président Sarkozy...

            Voyons donc ici le propos de Thierry Meyssan au sujet de façonnage artificiel du candidat Ted Cruz, en tant que contre-feu artificiellement érigé face à Donald Trump :

            « Les élections viennent de commencer aux États-Unis, ou plutôt les primaires : c'est-à-dire la sélection de chacun des candidats de chacun des grands partis. Alors notez qu'on ne vous parle que du parti Républicain ou du parti Démocrate,, alors qu'il y a d'autres partis politiques qui sont en lice, et dont strictement aucun des médias internationaux ne parle.
            À quoi servent ces élections ? En réalité à rien du tout puisque contrairement à ce que l'on vous raconte, le Président des États-Unis n'est pas élu par le peuple. Vous en doutez? Je vous invite à lire la Constitution des États-Unis: il est élu par les Délégués des Gouverneurs, et cette différence est fondamentale : en effet, aux États-Unis le peuple n'est pas souverain. C'était une revendication des rédacteurs de la Constitution, vous pourrez le constater en lisant le Fédéraliste (The Federalist Papers) qui furent écrits à cette époque.
            Vous savez que jamais le Président des États-Unis n'est élu par le peuple, puisqu'en 2000 lorsqu'il y a eu la désignation de George Bush junior contre Al Gore, il y avait eu un conflit entre les deux candidats, Al Gore avait  fait appel devant la Cour Suprême de Floride, arguant du fait que si on comptabilisait correctement les votes des électeurs de Floride, il aurait dû être élu. La Cour Suprême a répondu, qu'elle n'avait rien à faire de savoir ce que pensaient les électeurs de Floride, parce que la Constitution ne prévoit pas, à aucun moment, que l'on consulte le peuple. C'est un usage qui s'est fait progressivement, qui n'existait pas au départ, voulant que les Gouverneurs consultent leurs habitants avant de désigner leurs délégués qui vont, eux, élire le Président. Et il n'y a aucune obligation pour les Gouverneurs, de suivre le vote de leurs administrés.

            [dans l'élection qui nous intéresse aujourd'hui] : parmi les candidats qui se démarquent des autres : côté Républicain, vous avez Donald Trump et Ted Cruz.
            Donald Trump: milliardaire richissime qui est devenu une vedette de télévision, il a pour slogan qu'il va rendre l'Amérique grande comme auparavant ["Make America Great Again"], c'est un peu une sorte de nouveau Reagan.
            Ted Cruz, qui est [se fait passer pour] un évangélique, propose de revenir aux valeurs fondamentales des États-Unis [image défilant de la campagne de Ted Cruz : "défendre la Croix", "protéger les "Dix Commandements", "se lever pour le Serment d'Allégeance" [Pledge of allegiance], "croyez en Ted [Cruz]" : ce sont les valeurs des WASP, celle des Pères Fondateurs . Pourtant lui n'est pas un WASP, c'est un enfant d'immigrés cubain [voir notre article : « Le sénateur Ted Cruz, un candidat en voie de désagrégation! » 14 janvier 2016].

            Côté Démocrate, vous avez :
            Hillary Clinton, que tout le monde connaît, et dont le slogan est simplement une Clinton pour l'Amérique. Extrait montrant la très néfaste Madeleine Albright : « souvenez-vous qu'il y a une place en enfer pour les femmes qui ne s'entraident pas[1]»,
et Hillary Clinton ayant cette réaction de rire hystérique qui est typique des pantins mondialistes...
            –et enfin vous avez Bernie Sanders, qui est un vieux parlementaire du Vermont : le Vermont est un tout petit Etat des États-Unis, où habitent les gens les plus riches de New York qui allaient installer leur maison de campagne là-bas. C'est donc un marxiste de la très haute société, et lui il propose de "croire en l'avenir" [«A future to believe in - un avenir en lequel  (on pourrait) croire»][2].

            Une chose particulière [à cette campagne] est que pour la première fois, un candidat vient de faire appel à une société privée d'opérations psychologiques:

            Les opérations psychologiques, c'est un secteur particulier de la Défense à l'occasion duquel on cherche à manipuler l'adversaire pour lui faire adopter une attitude qui va permettre de le vaincre.
            Alors de même que vous connaissez BlackWater [aujourd'hui Academi] ou DynCorp, comme étant des armées privées [mercenaires] des États-Unis qui agissent dans le monde entier et qui mènent des guerres pour le compte des États-Unis, de même que là il s'agit d'une société (privée) d'opérations psychologiques: la plus célèbre est  SCL (Strategic Communication Laboratories) Group[3], qui est installée à Londres, mais qui est en fait approvisionnée par des capitaux américains.
            Cette société d'opérations psychologiques est intervenue dans plusieurs coups d'État, notamment au Népal. Elle est intervenue dans la guerre en Syrie au début 2011, elle était présente au Liban, où elle faisait des études statistiques, communauté par communauté, sur la manière dont les Libanais allaient réagir aux événements qui étaient alors en cours de préparation en Syrie, et sur la manière dont ils allaient réagir à l'implication du "Courant du Futur[4]" dans les transferts d'armes vers les djihadistes.
            La même société fut présente en Syrie de manière très discrète, au début 2012, lorsqu'a eu lieu la tentative de d'organisation d'une grande opération psychologique : il s'agissait de couper les satellites Nilesat et Arabsat, coupant ainsi la télévision syrienne pour la remplacer par une fausse télévision syrienne qui aurait annoncé la chute du régime et la fuite de ses dirigeants, etc.[5]

            Donc ce Groupe SCL, a pris en charge la candidature de Ted Cruz, un personnage assez falot, et a décidé non pas simplement de fabriquer l'image du candidat, comme le font maintenant un grand nombre de sociétés de "Relations Publiques" [on parle de Spin Doctors / doreurs d'images], mais de fabriquer un parti politique en quelques semaines, et ils s'y sont arrivés.
            Alors comment ont-ils fait ? Et bien de manière totalement illégale, en utilisant des montages de sociétés imbriquées les unes dans les autres , avec des canaux passant par l'étranger: ils ont racheté le fichier clients d'Amazon, la plus grande société de vente par correspondance, ils ont envoyé un questionnaire à ses clients, questionnaire officiellement anonyme supposé devoir servir à des recherches universitaires. En fait quand on remplissait ce questionnaire, et que l'on s'identifiait en tant qu'abonné de Facebook, la société [SCL via Amazon] récupérait la totalité des données personnelles que vous aviez laissées sur Facebook. Ils ont également utilisé d'autres fichiers, ils ont croisé tout ça afin de dresser des portraits psychologiques de plus de 40 millions d'électeurs aux États-Unis, des portraits très affinés que cette société est capable de répondre à 240 questions différentes sur chacun de ces citoyens devenus prospects à leur insu...
            De là, ils [SCL] ont identifié des gens facilement influençables, ils ont créé des messages spéciaux pour et ils les ont recrutés pour faire la campagne de Ted Cruz, et pour le moment, ça marche.

            Est-ce que ça ira jusqu'au bout? je ne sais pas. Mais si cela va jusqu'au bout, cela démontrera qu'il est désormais possible, non seulement de fabriquer l'image d'un candidat,  mais aussi de lui donner un parti, d'utiliser ce parti pour prendre le pouvoir, et que donc même dans le cas d'un pays démocratique, les élections ne sont plus du tout un moyen qui permet au peuple de s'exprimer »...





[1] Voir ici l'ironie mordante du Guardian britannique : « Albright: 'special place in hell' for women who don't support Clinton [une place spéciale en enfer pour les femmes qui ne soutiennent pas Clinton...] » (The Guardian, 6 février 2016).

[2] Voir : « La seconde jeunesse de Bernie Sanders » (Libération, 8 février 2016).Toute analogie avec les "lendemains qui chantent" cachant les effets réels de la Révolution bolchevique, ne serait évidemment que fortuite... :-D

[3] SCL (Strategic Communication Laboratories) Group (Wikipedia en anglais ici, site officiel ici, page spéciale sur leur site relative aux élections ici) : Laboratoire de recherche comportementale britannique privée, et cabinet d'influence (lobbying), d'affaires publiques et de stratégie de communication. Aussi connu aux États-Unis sous le nom de Cambridge Analytica (site internet ici, page Wikipédia ici).
Ted Cruz semble avoir utilisé la filiale Cambridge Analytica, d'après le Guardian ici (11 décembre 2015) : « Ted Cruz using firm that harvested data on millions of unwitting Facebook users [Ted Cruz recourant à une firme qui moissonne les données de millions d'utilisateurs de Facebook à leur insu] »


SCL met en œuvre des solutions d'exploration et d'analyse de données [EAD - data mining et data analysis], puis oriente et cible spécifiquement sa communication afin de toucher et "microcibler" des audiences spécifiques, le but étant de modifier des comportements en accord avec les buts recherchés par les clients de SCL.L'entreprise est divisée en quatre branches : élections, sociales, commerciales, défense.  La branche "élections" se décrit comme une «agence mondiale de gestion des élections, compétente dans l'application de modélisation comportementale et de solutions de microciblage lors de campagnes politiques» (site internet SCL).

[5] L'exceptionnel ouvrage de Daniel Rémy, un guerrier français de cette guerre qui ne dit pas son nom, donnait d'autres exemples de manipulation anglo-américaino-israéliennes de ce genre dans « Qui veut tuer la France? » (Jacques Grancher Editeur, 2003)...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire