Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake

Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake
...SOUVENEZ-VOUS DE LA VIEILLE REPUBLIQUE... HISTORIQUEMENT : LE MEILLEUR DE LA VIEILLE EUROPE...PAS DE CIVILISATION SANS LIBERTE+INITIATIVE..."QUE ROME PRENNE GARDE A LA COLERE DES LEGIONS... --- ... REMEMBER THE OLD REPUBLIC --- HISTORICALLY : THE BEST OF THE OLD EUROPE --- NO CIVILISATION WITHOUT LIBERTY + INITIATIVE --- "LET ROME BEWARE THE LEGION'S WRATH"...

28 mars 2016

Les Inrocks s'offusquent : « Pourquoi la fachosphère roule pour Donald Trump ? »



Les grossiers désinformateurs des Inrocks, repeignant toujours le monde entre "gentils" et "méchants", via Fdesouche : « « Pourquoi la fachosphère roule pour Donald Trump ? » » (28-3-16) : 

Alors que l’on peine à trouver des soutiens à Donald Trump dans le paysage médiatique français, il en va différemment sur la blogosphère conservatrice. De Fdesouche au Salon Beige en passant par Egalité et réconciliation d’Alain Soral, tous les sites de la “fachosphère” semblent avoir pris fait et cause pour Donald Trump. Décryptage. 

Donald Trump fait l’objet d’intenses critiques. Que ce soit par l’établissement politique, les magazines qui ne cessent de titrer sur lui, à l’image du Time. Les chaînes d’info en continu débattent à longueur de journée sur les déclarations du milliardaire et sur les agissements de ses partisans ainsi que de ses détracteurs. En France, on peine à lui trouver des soutiens médiatiques et lorsque Ce soir ou jamais!  lui dédie une émission, il n’y qu’une journaliste pour montrer au créneau pour le défendre.
Certains acteurs de la vie française, principalement à droite et à l’extrême-droite, voient de manière opportuniste une validation de leur méthodes et programmes en évoquant ce phénomène. C’est au-delà du FN que la figure de Donald Trump bénéficie du plus de soutiens et notamment parmi les sites que les médias aiment regrouper sous le terme péjoratif de “fachosphère“. La fachosphère, c’est cet ensemble hétéroclite qui rassemble des sites et des utilisateurs des réseaux sociaux qui ne font pas mystère de leurs idéologies conservatrices voire réactionnaires. Ils estiment eux procéder à une “réinformation” du public en abordant des sujets “interdits“. Tous n’adorent pas Trump mais nombreux le voient comme le moins pire de tous.

Fdesouche “affiche son Trump”

Pierre Sautarel,  le créateur du site François de Souche, premier blog d’extrême en droite en France a tweeté il y a quelques temps qu’il souhaitait porter un t-shirt exprimant son soutien pour Donald Trump. “Sur Twitter, on a la volonté d’être retweeté, ça fait un peu de débat“, explique-t-il.
“Sur le moment c’était pour faire un contre pied. Au moment des campagnes d’Obama, il y avait plein de voitures de journaliste avec des autocollants Obama, on en parlait autour de moi, j’ai juste voulu faire de la provoc.
Pour lui, Trump est l’inverse du président actuel, de sa posture “cool”, de ses sourires.
Il plaît Trump, il détonne tellement par rapport au politiquement correct, à la démagogie absolue du ventre mou. C’est un type avec une grande gueule, parfois un peu vulgaire, on est plus habitué à ça, surtout après l’Obamania, un pseudo humanisme avec des prises de position gentillettes.”



Trump, l’ennemi du système

Le ton que Trump adopte est l’un des éléments qui fédère la “fachosphère” autour de lui. Son “parler vrai”, brutal, souvent viril, plaît. C’est le cas par exemple d’Egalité et Réconciliation, site fondé par l’idéologue  Alain Soral, condamné à plusieurs reprises pour ses déclarations antisémites, complice et fervent défenseur de Dieudonné. Dans un article intitulé “Pourquoi Trump va devenir un fasciste, le site explique son intérêt pour le candidat indépendant et tente d’analyser l’attirance qu’éprouve une certaine partie de la population américaine à son égard. “C’est un héros, celui qui dit tout haut ce que cachent les autres candidats dits “du système”.
Cette idée que Trump est un candidat du peuple, le seul à lui parler honnêtement revient régulièrement dans les texte que Boris Le Lay consacre régulièrement au candidat. Le blogueur, dont la biographie sur Twitter précise qu’il est breton et militant nationaliste, et qu’il résiderait au Japon, a été condamné à de multiples reprises pour des propos incitant à la haine raciale. Il tient son propre blog et écrit pour le site Breizatao, qu’il a créé et qui se présente comme le “Quotidien de l’Etat national Breton“. Il présente Donald Trump comme un “candidat plébéien“, comparant, dans un article extrêmement long, le milliardaire à Jules Cesar, assassiné par l’Oligarchie, incarnée en l’occurrence par les media et les élites politiques. Ceux-ci n’ont qu’un but : éliminer Donald Trump. Le blogueur ne cache pas son enthousiasme pour les positions du milliardaire. Boris Le Lay explique dans sa conclusion que :
Les questions fondamentales sont posées : immigration, radicalisme islamique, primauté des intérêts américains sur ceux transnationaux de certains oligarques. La dynamique enclenchée n’échappe pas aux ennemis de Trump qui voit se profiler à l’horizon un césarisme qu’elle redoute par-dessus tout
Et de qualifier Donald Trump dans d’autres articles de candidat national-populiste qui doit lutter contre l’intelligentsia, “vent debout contre” lui, tout comme “la presse dominante“.

Trump comme “ouragan”, symbole de “l’Amérique américaine”

Dreuz.info, site qui ne cache pas son rejet total de l’Islam, a ainsi multiplié les articles en faveur du candidat Trump, démontant le système médiatique et le traitement de sa campagne, que l’organe juge injuste et négative. Selon un article publié le 9 septembre dernier, Trump est un “ouragan” et représente “l’Amérique américaine” tandis que’Obama, lui ne serait que l’incarnation d’une “Amérique anti-américaine“. Plus récemment, le site explique que “Donald Trump incarne la colère” et réaffirme “l’identité américaine“. Dreuz voit dans le candidat “un désir d’en finir avec le politiquement correct dans tous les domaines“. Pour Jean-Patrick Grumberg, le créateur de la plateforme, le “Président Donald Trump et Israël” entretiendront une “amitié intense. A en croire Jean-Patrick Grumberg, les positions pro-israéliennes de Donald Trump seraient les raisons pour lesquelles la presse française cracherait sur lui.

Les cathos tradis soutiennent Trump 

Malgré son ton provoc, Trump plait également à la sphère catholique traditionnaliste. Le Salon Beige qui se définit comme un “blog quotidien d’actualité par des laïcs catholiques“, relaie régulièrement des articles favorables à Donald Trump ou visant à confirmer ses propos. Même si le 10 mars 2016, le site expliquait que la campagne de Donald Trump faisait penser à celle de Nicolas Sarkozy en 2007, “beaucoup de promesses” d’un côté, de “beaux discours” d’un autre, ce qui a mené à “un enfumage généralisé suivi d’un quinquennat pitoyable“. L’auteur de l’article se demande ainsi si “les américains de droite subiront […] le même sort“.
Vivien Hoch, collaborateur de Nouvelles De France, autre site phare de la mouvance, a été jusqu’à se déclarer porte-parole d’un comité des “français pour Trump“. Ce déçu de Sarkozy qui a ardemment milité au sein de la Manif pour tous manifeste son attrait pour Donald Trump jusqu’à son compte twitter, celui-ci arborant une grande photo en noir et blanc du milliardaire. Dans une interview donnée au Figaro qui a été mise hors ligne (mais consultable ici), il en explique les raisons : “Si l’on regarde les élections américaines avec un regard français – et c’est ce que nous faisons tous malgré nous -, il représente le contrepoint parfait de ce que représentent les hommes politiques français”, explique-t-il. Et c’est pour cela que nous le soutenons. […] il n’a pas peur de renverser la table si besoin, ni de déplaire. On l’aime pour ce qu’il est, ou on le rejette entièrement. En plus de ses propos assumés, il a une véritable prestance, un charisme”.
Son compte Twitter de soutien à Trump fait des références très ancrées dans le paysage de l’extrême droite française, postant des tweets avec des références à la marque de vêtement “Babtou solide“, mais aussi au catholicisme le plus traditionnel avec des messages se réjouissant du retour de l’anneau de Sainte Jeanne d’Arc en France. On retrouve aussi, çà et là, des offensives très directes à l’encontre des médias français qui parleraient de Donald Trump en des termes peu élogieux. La page Facebook du comité trump France propose même une prière pour les catholiques qui souhaiteraient soutenir le candidat.



A la recherche du Trump français

C’est parce qu’il souhaite un “électrochoc” pour la vie politique française semblable à celui provoqué par le candidat que Vivien Hoch soutient Donald Trump dans sa course présidentielle. Car selon lui, il n’y a pas d’équivalent au milliardaire aujourd’hui en France. Les noms de Jean-Marie Le Pen, Robert Ménard et Philippe de Villiers sont évoqués. “En réalité, il faudrait un mix de ces trois personnes“, estime le blogueur de Fdesouche, Pierre Sautarel. Ajoutant qu’à ses yeux,  la personnalité la plus proche de Trump en France est…Jean-Luc Mélenchon.
C’est le côté transgression du politiquement correct, que prône l’aile droite du parti républicain depuis le début des années 90, qui plaît à la fachosphère” analyse l’historien Nicolas Lebourg, specialiste des droites extrêmes. “De ce côté-là, Trump fait le job, avec ses attaques sur les mexicains. Il y a une dimension ethnique dans ses discours, ce qu’ils apprécient.” Ce qui attire aussi la fachosphère, c’est le côté très autoritaire, brutal, du discours de Trump.
On se rapproche du Law and Order de Nixon en 1968. Il le fait à sa manière, avec l’éloge de l’armement personnel. C’est sa façon de se mettre dans la même ligne, c’est aussi ce qui doit plaire aux blogueurs de la fachosphère.
Enfin, il y a selon Nicolas Lebourg l’aspect très méritocratique du discours de Trump.
il y a l’idée que tout se mérite, l’idée d’une hiérarchie sociale légitime. Il faut voir que pour la droite la plus dure, le travailleur doit être bien placé entre le profiteur d’en haut et celui d’en bas, surtout celui d’en bas.
Et le style ultra capitaliste de Trump n’est pas un frein, contrairement à ce que l’on pourrait croire.
Vu de loin, on pourrait se dire que ce n’est pas le style de l’extrême droite française, mais quand on le décode, on revient à ce discours de la hiérarchie sociale légitime. Trump ne fait pas l’apologie de l’argent roi gratuitement, il explique qu’il a travaillé dur pour en arriver là où il est.
Donald Trump aura donc réussi à réunir autour de lui une partie de l’extrême droite française, celle qui se trouve en dehors des partis et milite sur Internet. S’il est peu probable que ça puisse permettre au candidat milliardaire de gagner les élections, Trump servira peut-être de clé de lecture pour trouver un nouveau chouchou en vue de l’élection présidentielle française de 2017.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire