Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake

Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake
...SOUVENEZ-VOUS DE LA VIEILLE REPUBLIQUE... HISTORIQUEMENT : LE MEILLEUR DE LA VIEILLE EUROPE...PAS DE CIVILISATION SANS LIBERTE+INITIATIVE..."QUE ROME PRENNE GARDE A LA COLERE DES LEGIONS... --- ... REMEMBER THE OLD REPUBLIC --- HISTORICALLY : THE BEST OF THE OLD EUROPE --- NO CIVILISATION WITHOUT LIBERTY + INITIATIVE --- "LET ROME BEWARE THE LEGION'S WRATH"...

3 janvier 2017

La Légende d’Obama n’existe qu’au LaLa Land!



La Légende d’Obama n’existe qu’au LaLa Land!


La La-La-Légende[1] d’Obama inclut des antécédents disgracieux de censure de la presse !

Dans un éditorial du New-York Times du 30 décembre 2016, James Risen a écrit les mots suivants : « Si Donald Trump cible les journalistes, remerciez Obama [If Donald Trump Targets Journalists, Thank Obama] ».
Ce brave journaliste détaille son point suivant :
« La critique de la position d’Obama concernant la transparence gouvernementale relative à la liberté de la presse et au secret, est vivement combattue par la Maison-Blanche, mais de nombreux groupes de journalisme disent que la chose est claire.
Durant ces huit dernières années, l’Administration [Obama] a poursuivi en justice neuf cas impliquant des lanceurs d’alerte et fuiteurs (responsable de fuites [leakers]), comparé à seulement trois par toutes les Administrations précédentes combinées. Elle a usé de manière répétée de la Loi sur l’Espionnage [Espionage Act], une relique de l’ère de la Première Guerre mondiale utilisée comme chiffon rouge, non pas pour poursuivre des espions mais pour poursuivre des officiels gouvernementaux qui avaient osé parler à des journalistes ».


Il s’agit là d’une attaque assez sérieuse contre le narratif en forme de conte de fées que l’on nous a servi durant ces huit dernières années, au sujet de ce POTUS cumulant la fonction d’un opérationnel de la CIA.
Il s’agit là d’une tendance très perturbante dont j’ai été témoin depuis les jours paranoïaques de l’Administration Nixon. Voici quelques exemples de trucs réellement faut qui sont sortis sur nos médias :
·                     La montée de Bill Clinton, en tant que fils d’une prostituée de l’Arkansas, malgré le fait que son passé ait été complètement blanchi par la grâce d’un éminent membre de la société secrète estudiantine de Yale  des “Skull and Bones“, Editeur du Time Magazine, Strobe Talbot (CIA).
·                     L’histoire absente (vide) jusqu’à en devenir ridicule de notre « éviteur de Service[draft dodger]/objecteur de conscience », George Bush Jr., sous lequel nous savons combien la presse a gelé toutes les discussions pertinentes concernant le 11 septembre 2001.
·                     Et dernièrement, tout droit sorti des caniveaux de Chicago et des politiques de Richard Daley, financé par les simili-mafieux Pritzkers[2], cette gelée amorphe de fausseté et de sombres secrets : Barry Sorel [Obama].

Obama, dressé à protéger sa légitimité fictionnelle, ordonna alors à ces couards du Département de la Justice et du FBI d’espionner les journalistes américains, de surveiller leurs coups de téléphone et de distribuer les citations à comparaître [subpoenas], comme j’en ai moi-même reçu[3]. À présent, la presse de gauche pleure sa propre corruption…
Leonard Downie, un ancien éditeur proéminent du Washington Post :
« l’Administration Obama est plus agressive que ce que je n’ai jamais vu depuis l’administration Nixon »[4]

Pourquoi cela est-il donc important pour cette nouvelle année ?
La plupart des penseurs officiels des médias PC[5] ont peur que le nouveau POTUS Donald Trump ne prenne de sévères mesures contre la presse, du fait de son aversion déclarée pour leur fâcheuse habitude de distordre la vérité sans cesse.  Mais des mesures sévères contre quelle presse ? Les nouvelles fausses et biaisées auxquelles personne ne prête plus aucune attention ? Les réseaux de nouvelle dont les têtes de gondole sont des acteurs grassement payés contrôlés par l’élite de l’argent $$$ ??? Dans ce cas je dirais que ce n’est pas bien grave. Les vraies nouvelles et informations sont ici même, sur l’Internet.
            À présent, je prédis que Trump ne fera rien de cela. Il va recueillir toute l’attention dont il a besoin afin de transmettre ces messages succints, à travers les médias sociaux.
Cette crainte omniprésente de la future suppression de la presse par Trump est complètement déplacée et inappropriée. Trump va complètement contourner les médias et initier sa propre communication virtuelle avec ses électeurs. Cela coupera l’herbe sous le pied du NY Times, ceci en dépit de sa visite fructueuse auprès de son propriétaire majoritaire, Carlos Slim[6].

Au contraire de cette création de la CIA bonne à tout faire, Barack Obama, Trump n’a pas besoin d’investir sa personae dans des secrets et autres mensonges, parce que ça seule présence est une claire déclaration de son narcissisme (c’est-à-dire : sa transparence). À la différence d’Obama, qui ne s’est jamais aventuré dans la réalité sur la base de ses propres mérites, le complet narratif tangible de Trump est déjà singulièrement présent dans ses propres personnages publics et privés, à la communication soigneusement gérée.

John Barth, le nouvelliste américain, a écrit un jour :
« Davantage d’histoire a été écrite par des poignées de mains secrètes, que par des batailles, des lois et des proclamations »…



[1] Référence au film La-La-Land (Damien Chazelle, 2016).
[2] Sur les Pritzkers, comparer les pages wikipedia anglophone et francophone
[3] Rapprocher des « écoutes de l’Elysées », sous l’ère Mitterrand en France. Voir notamment le livre du Capitaine Paul Barril : « Les archives secrètes de Mitterrand » (Albin-Michel, 2000).
[4]« .. Obama’s Administration is most aggressive I’ve seen since the Nixon Administration…” » : « ‘Obama administration is far worse than the Bush administration’ on transparency: Claim » (Washington Post, 10 octobre 2013) ; « The Obama Administration and the Press – Leak investigations and surveillance in post-9/11 America » (CPJ : Committee to Protect Journalists, 10 oct 2013) ; « Obama's efforts to control leaks 'most aggressive since Nixon', report finds » (The Guardian, 10 octobre 2013).
[5] [Politiquement Correct/Principaux Courants  - Mainstream]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire