Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake

Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake
...SOUVENEZ-VOUS DE LA VIEILLE REPUBLIQUE... HISTORIQUEMENT : LE MEILLEUR DE LA VIEILLE EUROPE...PAS DE CIVILISATION SANS LIBERTE+INITIATIVE..."QUE ROME PRENNE GARDE A LA COLERE DES LEGIONS... --- ... REMEMBER THE OLD REPUBLIC --- HISTORICALLY : THE BEST OF THE OLD EUROPE --- NO CIVILISATION WITHOUT LIBERTY + INITIATIVE --- "LET ROME BEWARE THE LEGION'S WRATH"...

26 janvier 2017

POTUS Trump entre en action à pleine vitesse!



POTUS Trump entre en action à pleine vitesse!
 
POTUS [Président] TRUMP le fait sans tarder!
Donald Trump : n’écoutez pas ce que je dis, regardez ce que je fais !

Pour “jouer[1] quelqu’un, cela suppose de les surclasser. Durant cette dernière semaine à [Washington] D.C., le POTUS Donald Trump :
·                     A rencontré les dirigeants privés des principaux constructeurs automobiles, de même que leurs représentants syndicaux.
·                     A nommé le Sec. Def. James Mattis et l’a autorisé à augmenter le nombre de frappes aériennes contre l’EIIL. Mattis vole à présent vers le Japon et la Corée du Sud, afin d’évaluer correctement la crise en Mer de Chine du Sud.
·                     À rencontré les compagnies de construction afin de discuter de l’édification du mur à la frontière mexicaine, qu’il a promis de bâtir.
·                     Est demeuré ferme face au Président mexicain impopulaire et corrompu.


·                     S’est plongé dans les détails quant à la façon dont il pourrait dépenser 1.600 Milliards de dollars [1.6 Trillion USD] dans des projets d’infrastructures massifs.
·                     A ordonné à l’ICE [Immigration and Customs Enforcement : Agence fédérale de police aux frontières des États-Unis] de recruter 5000 nouveaux personnels afin de patrouiller à la frontière américano–mexicaine.
·                     A annulé l'Accord de Partenariat Transpacifique (APT [Trans-Pacific Partnership - TPP]), qui sera remplacé par des négociations bilatérales entre l’USG [Gouvernement US] et les différents gouvernements concernés de l’Asie du Sud-Est.
·                     A commencé à remettre en cause l’Obamacare abusif et inefficace, dans le but de remplacer ce désastre par un plan plus optimal qui servirait les citoyens plutôt que les assureurs et la mafia des Big Pharma.
·                     A nettoyé la maison au plus haut niveau du Département d’État.

Ce à quoi les Américains assistent à présent, c’est le plus inhabituel phénomène jamais vu depuis des décennies au sein de notre Gouvernement. Trump constitue un changement immédiat et plein de sens dans les politiques et personnels du Gouvernement US, et réalisé en peu de temps !
La plupart des citoyens n’ont jamais assisté au modus operandi d’un chef en action qui transforme ou change une entité Behemoth, comme le Gouvernement US[2]. Il demeure que le changement est toujours accompagné par la peur, l’anxiété et la colère.
 
Au sein de l’Administration Obama, nous les citoyens, avons été déçu de constater combien les promesses de changement furent dénuées de sens et inefficace. Comme la plupart de nos Présidents passés, Obama n’a jamais eu aucune expérience en tant que dirigeant, pas plus qu’il n’a créé ou démarré une affaire qu’il aurait pu ensuite laisser à son succès.
Le Président Trump ne souffre pas facilement les imbéciles. Il va faire des déclarations outrageuses afin de couvrir ses intentions réelles. Il veut que ses opposants perçus ou réels (les médias, les gauchistes, les démocrates) soient pris au dépourvu.
Ce que les médias ont oublié, c’est l’assurance constante que le POTUS nous a donné à nous, Américains. Il a déclaré à répétition qu’il a sélectionné les meilleurs candidats afin de rejoindre les différentes parties du Gouvernement US, en accord avec la façon dont chacun de ses subrogés sent qu’il/elle devrait agir, indépendamment du fait qu’il pourrait être ou pas d’accord avec le POTUS [sélection à la compétence et pas aux accointances].

Laissez-moi revenir aux commentaires de l’ancien Ministre de la Justice et Procureur Général [Attorney General] John Mitchell, au sujet de l’Administration Nixon qui était imminente : “n’écoutez pas ce que nous disons, mais jugez-nous plutôt d’après ce que nous faisons [Don’t listen to what we say; instead, judge us according to what we do].”
Je ne tolère pas le mensonge. Mais malheureusement, il fait parti de la nature humaine. En politique, le mensonge est devenu la condition sine qua non d’un “politicien efficace“. Pourtant, Trump n’est ni un politicien ni un bureaucrate. Trump est un affairiste [businessman] impitoyable qui vit selon ses propres règles. Il y a quelque temps, j’ai écrit un article de blog au sujet de l’utilisation persistante par Trump de la Peur, de l’Incertitude et du Doute (PID [Fear, Uncertainty and Doubt –FUD])!
À présent, Donald a submergé les citoyens, spécialement les médias PC[3], avec la peur. Son utilisation de l’incertitude s’est révélée très efficace dans la sollicitation et le recueil des préoccupations des partenaires possibles, à la fois en affaires et en politique (Mexique, Canada), les forçant à avancer et solliciter son attention personnelle, après que Donald ait personnellement abrogé [commencé à abroger[4]] l’ALENA[5] (hérité de Bush Sr. et Clinton).
Le POTUS Trump a fait davantage en une semaine que Obama, Bush Jr., et Clinton ont pu collectivement ne pas faire durant ces 30 dernières années. Il y a un clair diagnostic psychiatrique concernant la peur du changement et l’absence de volonté de changer. C’est appelé la “Métathesiophobie [Metathesiophobia]“. Souvent cette condition est accompagnée par la peur du mouvement : “tropophobie [Tropophobia]”. Un certain degré d’anxiété, de doutes sur soi-même et de culpabilité sont les réactions normales au changement.


Les Américains ont enduré temps de guerre non nécessaires, un certain nombre de “faux drapeau“ et un effondrement économique très sérieux  (2008). Tout ceci nous a préparé à l’inconnu avec Trump.

Rappelez-vous s’il vous plaît de ce que notre grand POTUS Democrate Franklin Delano Roosevelt a dit au début de la deuxième guerre mondiale : « nous ne devons avoir peur de rien, si ce n’est de la peur elle-même [We have nothing to fear, but fear itself.] »
Ou bien, selon les mots du grand joueur de hockey Wayne Gretzky : « vous manquez 100% des tirs que vous ne tentez jamais » [l’équivalent de notre “100 % des gagnants ont tenté leur chance“]…


[1] To trump, jeu de mot avec Donald Trump.

[2] Référence à Thomas Hobbes (1588-1679), qu'il faut comprendre dans l'arrière-plan anglo-saxon comme la crainte d'un Etat “Leviathan/Behemoth“, c'est-à-dire trop puissant face aux citoyens. Une idée qu'il faut comprendre dans son aspect dual : une crainte légitime d'un État de type totalitaire/soviétique s'exerçant contre son peuple au mépris de sa fonction théorique. Un État est constitué avant tout pour protéger le peuple, mais l'histoire britannique depuis le XVIe siècle a souvent montré l'inverse, d'où cette crainte héritée dans la mentalité anglo-saxonne et notamment américaine, qui s'est bâti justement en réaction aux excès britanniques. Sauf qu'une autre idée négative peut-être derrière cette crainte : la sape du sens de l'État, au sens romain/continental par opposition au sens anglo-saxon.
Il faut comprendre ici avec justesse que le gouvernement américain était en train de devenir crypto-soviétique sous Bush Jr./Obama, en espérant que Trump puisse en effet remettre en cause le fantasme financier provenant de Wall Street, celui d'une mise au pas du peuple américain par la dette en attendant une guerre civile artificielle…

[3] Principaux Courants mainstream] / Politiquement Corrects.

[5] Accord de libre-échange nord-américain, ALÉNA [North American Free Trade Agreement, NAFTA]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire