Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake

Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake
...SOUVENEZ-VOUS DE LA VIEILLE REPUBLIQUE... HISTORIQUEMENT : LE MEILLEUR DE LA VIEILLE EUROPE...PAS DE CIVILISATION SANS LIBERTE+INITIATIVE..."QUE ROME PRENNE GARDE A LA COLERE DES LEGIONS... --- ... REMEMBER THE OLD REPUBLIC --- HISTORICALLY : THE BEST OF THE OLD EUROPE --- NO CIVILISATION WITHOUT LIBERTY + INITIATIVE --- "LET ROME BEWARE THE LEGION'S WRATH"...

31 janvier 2017

Trump choisit Bannon pour le NSC [Conseil de Sécurité National]



Trump choisit Bannon pour le NSC [Conseil de Sécurité National]

Mon sentiment au sujet du rôle de Stephen K. Bannon au NSC [Conseil de Sécurité National]

Bannon a été nommé au NSC en tant que membre du « comité des directeurs (principaux) [principals committee] ». À l’occasion de ce processus, le Chef d’Etat-Major [Chairman of the Joint Chief of Staff] et le Directeur du Renseignement National [Director of National Intelligence - DNI] ont donc été dégradés. Les deux derniers vont assister aux réunions du NSC « quand le conseil considère des problèmes dans leur champ de responsabilité directe »[1].
Ce qu’il s’est passé après cette annonce, ça a été une cacophonie de mécontentement et de colère. L’opérationnel Démocrate, ex-Congressman Leon Panetta, un ancien chef d’équipe [de Cabinet] de la Maison-Blanche [WH chief of staff], ancien Secrétaire à la Défense et ancien DCI [Directeur de la CIA], a émis la déclaration inepte suivante (mais ce n’est pas inhabituel pour cet hypocrite californien toujours prêt à se grandir lui-même [self-aggrandizer]):
« C’est le dernier endroit où vous devez placer quelqu’un qui se soucie de politique dans une réunion où l’on est en train de parler de Sécurité Nationale »[2]
Et ce n’est autre que l’inefficace beauté mulâtre de la National Cathedral et de la Brookings Institution, Susan Rice, qui a lamentablement échoué à sauver 1 million de Tutsi/Hutu à l’occasion du génocide du Rwanda (sous le POTUS Clinton) qui a twitté cette image :
« Folie complètement froide [Stone cold crazy]! »”[3]

Ce commentaire provient d’une Conseillère à la sécurité nationale complètement inefficace, qui a menti publiquement autour de l’affaire de Benghazi, le massacre en Libye de notre ambassadeur [septembre 2012], comme au sujet d’autres opérationnels officiels ou sous couverture… Rice a soutenu sa supérieure, Hillary Clinton, dans l’initiation de la désastreuse invasion en Libye afin de conduire à un changement de régime qui n’a fait qu’aller de travers. Ce désastre a approvisionné le flot de réfugiés (plus de 4 millions) et de terrorisme partout en Afrique du Nord, jusqu’au cœur de l’Europe. Ni Rice, ni ses supérieurs : Obama, Panetta, Bill/Hillary… n’ont jamais été entraînés au combat, pas plus qu’à la gestion de crise, et encore moins aux changements de régime.


Par contraste, j’ai écrit auparavant au sujet de Stephen Bannon, en tant qu’un individu polyvalent aux larges compétences [polymath] élevé à Norfolk, Virginie, au sein d’une famille de la classe ouvrière pro-syndicats[4], pro-Kennedy. Il a été diplômé de [l’Université et institut polytechnique] Virginia Tech, et a ensuite reçu sa Maîtrise en étude de Sécurité Nationale à l’Université de Georgetown. Il a ensuite continué par une autre Maîtrise en administration d’affaires [business administration] à la Harvard Business School (Magna Cum Laude [« avec grande louange »]).
Et comme si cela n’était pas encore assez, il est devenu un officier naval à la fin des années 1970 et au début des années 1980, servant en tant qu’“Officier de guerre de surface [Surface Warfare Officer]“ sur le destroyer USS Paul F. Foster, au sein de la flotte du Pacifique. Il fut ensuite nommé “assistant spécial au chef des opérations navales [special assistant to the Chief of Naval Operations].”
Bannon a continué sa carrière en devenant Directeur de Gestion [Managing Director] chez Goldman Sachs, et producteur exécutif [Executive Producer] de 18 films différents à Hollywood. Si les accomplissements susmentionnés ne lui ouvrent pas le droit de siéger au NSC, alors je ne sais pas exactement ce qu’il aurait dû faire pour cela.

Historiquement, le NSC a été une partie d’un groupe informel d’individus, créé par le POTUS Harry Truman, parce que le département d’État américain ne pouvait pas traiter de manière adéquate les comportements mécréants de l’Union soviétique à la fin des années 1940, début des années 1950.
En effet, le NSC est une branche exécutive du Gouvernement américain [USG], responsable pour la coordination des politiques en matière de problèmes de sécurité nationale, et conseillant les responsables exécutifs dans des domaines en relation avec la sécurité nationale (Wikipédia).
Depuis mon expérience tout au long de cinq différentes administrations présidentielles, j’ai trouvé que cette institution était très peu pertinente par rapport à ce quoi que ce soit que j’ai pu avoir à faire. Je n’ai jamais été impliqué dans le NSC à l’occasion de mon ancien travail en matière de contre-terrorisme et de changement de régime. La seule fois où j’ai attiré l’attention du NSC, fut durant mon implication avec le Général panaméen Noriega, face auquel la Maison-Blanche se trouvait elle-même dans la ligne de mire [/fut inquiétée quand des interrogations survinrent au sujet] de mes tentatives en vue de le faire quitter le pouvoir.

J’en conclus que  Stephen Bannon est [mérite d’être considéré comme] un stratège politique brillant, qui peut servir son pays dans n’importe quelle poste pour lequel il peut être sélectionné. Le POTUS Trump l’a déclaré très clairement aux Médias PC [Principaux Courants/Politiquement Corrects] : « Bannon n’est pas au NSC pour y devenir le copain de quiconque »


L’insatiable appétit des médias visant à semer la confusion, concernant l’Administration Trump, est en train de créer un narratif fictif afin de dénigrer le fait que Trump est en train de bâtir une équipe solide.
Trump appelle les Médias PC le « parti d’opposition [opposition party] », et il a raison. Certes, il peut y avoir des erreurs, mais cela fait parti du processus.

Lucrèce, le philosophe et poète romain, a-t-il pas déclaré :
« L’air, devient le vent lorsqu’il est agité »[5].



[2] Ibid, voir aussi Zérohedge (30-1-17) : « How Steve Bannon Rose To The Top Of Trump's Power Structure »
[3] NYT, ibid.
[4] NDT : bien comprendre ici que les syndicats américains, n'ont rien à voir avec nos syndicats matinée d'idéologie communiste depuis des décennies : le vrai syndicalisme américain œuvré à la fois pour la qualité du travail bien fait et pour le maintien de conditions sociales équitables en faveur des travailleurs. C'est ce qui a donné une classe moyenne américaine lettrée et consciente, qui a été graduellement démoli depuis surtout le tournant postindustriel de 1957 (voir notamment à ce sujet : F. William Engdahl, « pétrole, une guerre d'un siècle », éditions Jean ciel Godefroy, 2007, chap. 8).
[5] Certainement paraphrasé de « De Natura Rerum [De la Nature des Choses] ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire