Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake

Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake
...SOUVENEZ-VOUS DE LA VIEILLE REPUBLIQUE... HISTORIQUEMENT : LE MEILLEUR DE LA VIEILLE EUROPE...PAS DE CIVILISATION SANS LIBERTE+INITIATIVE..."QUE ROME PRENNE GARDE A LA COLERE DES LEGIONS... --- ... REMEMBER THE OLD REPUBLIC --- HISTORICALLY : THE BEST OF THE OLD EUROPE --- NO CIVILISATION WITHOUT LIBERTY + INITIATIVE --- "LET ROME BEWARE THE LEGION'S WRATH"...

10 mai 2016

[additif ] : « De la (réalité de la) démocratie en Amérique » : Facebook censure l’Amérique traditionnelle mais promeut sa démolition raciale artificielle…

[additif ] : « De la (réalité de la) démocratie en Amérique » : Facebook censure l’Amérique traditionnelle mais promeut sa démolition raciale artificielle…

 

« De la démocratie en Amérique », ou plutôt… « de la (réalité de la) démocratie en Amérique »  : le contrôle de l’information, c’est le contrôle des esprits

 

            « Etats-Unis : Facebook censure les articles parlant du Parti républicain ou provenant de sites conservateurs » (« Former Facebook Workers: We Routinely Suppressed Conservative News », Gizmodo, 9 mai 2016, via Fdesouche).

 

            Selon le site américain Gizmodo, qui a interrogé d’anciens employés de Facebook, ces derniers n’hésitent pas à minorer l’importance des actualités liées au Parti républicain dans la section ‘Populaire’ du réseau social :
            « Les employés de Facebook supprimaient régulièrement de la section ‘Populaire’ du site des articles d’actualité concernant le Parti républicain américain », assure le site américain Gizmodo. Dans cette section intitulée ‘Trending’ [(suivi des) tendances], le site regroupe les sujets d’actualité les plus populaires. Selon la source du journal américain, les employés de Facebook ont empêché des articles concernant par exemple Mitt Romney, Rand Paul ou d’autres républicains d’apparaître dans ce fil d’actualités, alors même que ces articles faisaient partie des plus partagés sur le réseau social.
            Une source anonyme interrogée par le site Gizmodo est un ancien employé chargé de gérer cette section, l’un des rares employés de tendance politique conservatrice, selon les informations données par Gizmodo. D’après lui, « les autres employés semblaient avoir une dent contre Ted Cruz » (ancien candidat à la primaire républicaine) et contre d’autres personnalités issues de cette tendance politique.
            Un autre ancien employé ajoute : « C’était absolument biaisé. Nous le faisions subjectivement. Cela dépendait juste de la personne en charge. De temps en temps, un article venant d’un site conservateur devenait populaire. Mais nous allions chercher une source plus neutre pour mentionner le sujet. » Plus précisément, si un article d’un site conservateur américain comme The Washington Examiner [tendance conservatrice] devenait populaire, il était exclu du fil d’actualités jusqu’à ce que des médias plus grand public comme The New York Times, la BBC et CNN reprennent le sujet :
            « Plusieurs anciens employés de Facebook, qui travaillaient à la veille d’actualité, ont aussi affirmé qu’on leur avait demandé d’ajouter des articles dans le module ‘Populaire’, alors même que ces articles n’étaient pas assez populaires, voire pas du tout, pour le justifier »,  ajoute le site américain.
            « En d’autres termes, la section « Actualités » de Facebook fonctionne comme une rédaction traditionnelle, influencée par ses journalistes et les impératifs de l’entreprise. Imposer des valeurs éditoriales humaines à une liste déterminée par un algorithme n’est pas une mauvaise chose en soi, mais elle est à l’opposé de ce qu’affirme officiellement la compagnie, qui assure que cette liste n’est composée que de sujets populaires sur Facebook. »


            « On hurlait sur nous si quelque chose était partout sur Twitter et pas sur Facebook » explique encore un curateur.
            Autre exemple d’inclusion manuelle: Facebook a reçu beaucoup de pressions parce que le mouvement #Blacklivesmatter ne faisait pas partie de sa box Trending, il a ensuite été rajouté volontairement – fait d’autant plus intéressant que le mouvement de défense des Noirs aux Etats-Unis est né sur Facebook…»

            « Facebook accusé de censure politique aux Etats-Unis » (Le Temps, 10 mai 2016) :
            « Séisme au pays des algorithmes: les humains qui interviennent dans la sélection des articles d’actualité écarteraient allégrement les sites conservateurs, accuse le site Gizmodo. Démenti furieux de Facebook »

Note CVR : le démenti est évidemment le premier réflexe de tout bon mafieux, ou de tout bon Service de Renseignement… Rapprocher cette censure délibérée de tout ce qui pourrait rappeler l’Amérique traditionnelle  (et non pas “conservatrice“), de la volonté à peine voilée de démolition raciale artificielle de la société civile américaine…

Rapprocher :
            « Facebook est un outil du Mossad et son créateur Mark Zuckerberg est un espion, ceci au moins d’après l’Iran.
            Dans une vidéo récente sur la situation au Moyen-Orient, (« Video dispatch 2: Iran: Zuckerberg created Facebook on behalf of the Mossad », 15 Novembre 2010), Tom Gross rapporte (« Iran dislikes facebook - Iranian conspiracy theory about facebook » - Iran n’aime pas Facebook : théorie de la conspiration iranienne sur Facebook », 18 oct. 2010) une vidéo provenant du gouvernement iranien, qui accuse Zuckerberg, le jeune marginal de Harvard qui a créé Facebook, travailler secrètement pour le Mossad et pour d’autres Agences de Renseignement occidentales.
            Le but de Facebook (également de Twitter) serait en ce sens de collecter du renseignement contre l’Iran et les autres régimes [sidéré comme potentiellement nuisibles pour Israël]. La vidéo iranienne (avec sous-titres anglais) cite entre autres le journal britannique The Independent, comme fournissant les preuves de l’implication du gouvernement israélien derrière Facebook. »

            Rappelons aussi que « le Mossad recrute sur Facebook », mais n’est certainement pas le seul Service de Renseignement à le faire (JSS News, 8 mai 2014).
            Rapprocher aussi de cette manœuvre de Facebook visant à « connecter les Africains à Internet » grâce au satellite israélien AMOS-6 (« Eutelsat et Facebook: internet en Afrique grâce au satellite israélien AMOS-6 », I6/10/2015), lancé par SpaceX : « SpaceX to Launch Amos 6 Satellite in May » (Sattelite Today, 26 janvier 2016). Voir ici le commentaire sur Facebook de Mark Zuckerberg (5 octobre 2015).
            Non sans espièglerie, rappelons qu’une initiative similaire fut nettement moins bien appréciée du temps où elle venait de Kadhafi… voir par exemple :
            –« Ce que la majorité des Africains ignorent de Mouammar Kadhafi. » (Œil D’Afrique, 22 octobre 2012, par l’excellent Patrick M’Beko)
            « Pourquoi Kadhafi a-t-il été assassiné? » (Blog Mediapart, 14 juin 2014, retransmettant une vidéo du 18 janvier 2014 : « Les vraies raisons de l'assassinat du guide libyen Kadhafi ») 
            –« Les mensonges de la guerre de l'occident contre la Lybie » (Le [Huffington] Post, 25/08/2011) « Mouammar Kadhafi et le projet libyen de redistribution de la richesse » (Mahdi Darius Nazemroaya, 28 octobre 2011 »
            –« Mouammar Kadhafi : Tué pour l’empêcher de concrétiser le rêve de millions d’Africains dès 2014 » (Egalité et Réconciliation, 8 mars 2012)
            –« Les courriels d'Hillary, les dinars-Or et les Printemps Arabes » (William Engdhal, 10 janvier 2016).
            –pour comprendre comme Kadhafi a été tué pour empêcher de libérer l’Afrique,

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire