Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake

Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake
...SOUVENEZ-VOUS DE LA VIEILLE REPUBLIQUE... HISTORIQUEMENT : LE MEILLEUR DE LA VIEILLE EUROPE...PAS DE CIVILISATION SANS LIBERTE+INITIATIVE..."QUE ROME PRENNE GARDE A LA COLERE DES LEGIONS... --- ... REMEMBER THE OLD REPUBLIC --- HISTORICALLY : THE BEST OF THE OLD EUROPE --- NO CIVILISATION WITHOUT LIBERTY + INITIATIVE --- "LET ROME BEWARE THE LEGION'S WRATH"...

6 mai 2016

Trump subjugue le RNC et éviscère les "poseurs" Républicains, on espère que Bernie fera pareil chez les Démocrates contre Hillary!








Trump subjugue le RNC et éviscère les "poseurs" Républicains!

Bernie Sanders va à présent surenchérir[1] à la Convention Démocrate et déloger Hillary Clinton!

       Comme je l'ai prédit depuis le tout début, que Trump allait éviscérer à lui tout seul les 17 autres candidats présidentiels républicains, inclus les quelques "élus" cooptés[2] [par le Système]; de même que subjuguer et finir par contrôler le RNC.
       De façon similaire, j'ai prédit que Bernie Sanders, un "électron libre" concurrent [n'ayant pas été coopté  : un outsider] finirait lui aussi par "jouer"[3] Billary[4], la nominée présidentielle désignée pour le Parti Démocrate.
      
       Ce que je veux maintenant, créer une Convention Démocratique disputée[5], celle qui avait initialement été attendue pour Trump.
       Je crois fermement que Hillary, une créature faite de tromperie et de corruption, a toujours suscité derrière une énorme perception négative tout au long de sa carrière politique de 40 ans, perçue comme étant "indigne de confiance" et "dénuée de scrupules ".



       Oh, comme c'est dommage!
       Cette perfidie dévoreuses de chair qu'elle arbore dans tous les aspects de sa personae[6] n'est pas suffisante pour contrecarrer la force imminente des jeunes activistes démocrates qui considèrent à juste titre que le fait d'être une femme en tant que critère, n'implique qu'un mérite très limité.
       Son histoire émaillée de mauvais calculs grossiers, caractérisée par un entendement très pauvre et une ineptie totale, transcende n'importe quelle considération selon laquelle elle pourrait être une adversaire viable contre Trump.

       Les sondages, pontifes experts et autres critiques ont été constamment dans l'erreur concernant Trump et son mouvement révolutionnaire[7] naissant.
       De façon similaire, je considère sans trop m'avancer que le narratif officiel concernant la défaite annoncée de Bernie, est aussi prématuré qu'incorrect. Pour avoir questionné un certain nombre de jeunes et moins jeunes Démocrates, je remarque qu'ils sont comme nous Républicains, complètement las de tous cet "Etablissement" [les personnes artificiellement établies par le Système], et spécialement celui qui se dessine derrière le nom des Clinton.
       La Convention démocrate de 2016 qui va se tenir à Philadelphie, la cité de l'amour fraternel[8], devrait être pleine de consternation si ce n'est de disputes entre d'une part l'Etablissement Démocrate projeté par la construction incertaine qui en est l'avatar, les "Super Délégués", et d'autre part le jeune sang chaud des partisans de Bernie.
       Rien n'énerve davantage le noviciat politique que la notion selon laquelle leur enthousiasme de la jeunesse serait automatiquement bafoué par une collection présomptive de vieux Démocrates déphasés : des anciens membres du Congrès, sénateurs, gouverneurs, officiels issus des villes (les superdélégués) du même type que ceux qui ont pu mourir à Chicago ou NYC [New York City] durant les dernières 50 années.

       Les critiques déclarent qu'il semble presque impossible pour Bernie de stopper l'assaut des importants personnages du parti démocrate, qui tiennent inconditionnellement Hillary.
       Oh, vraiment?
       Pensent-ils vraiment que tout le monde, spécialement les étudiants de l'Université, accordent une si grande attention à Obama, Michelle, Bill Clinton, Chelsea[9], ou même à ses supplétifs afro-américains ou hispaniques?[10]
       Ma réponse est catégorique : NON!





       Cette "génération du millénaire"[11] a été biberonnée au confort et socialisée afin de ne connaître que la compétition dans le verbiage dénué de sens, par la négation des mots qui les indisposent aussi facile que s'il suffisait de presser simplement le bouton "effacer".
       Parallèlement, les médias alternatifs du côté Démocrate sont devenus actifs et même vociférants quant au fait que Bernie, comme Trump, représente une révolution politique, bien qu'elle soit située du côté Démocrate socialiste.
       Trump a dit en de nombreuses occasions qu'il admire Bernie Sanders pour le fait qu'il est réellement un "électron libre" (outsider), essayant de dissoudre le « système truqué du parti Démocrate ». Je pense qu'il incomberait à Bernie de rendre réciproque cette admiration, sans dénigrer l'un ou l'autre en aucune façon.


       D'après mon raisonnement intuitif concernant mon propre pays, je suis heureux de voir voler le courant "Trump" vers la victoire après un combat très dur livré contre l'Etablissement Républicain moribond et ossifié (celui-là même qui a créé et financé quelques 66.000 pages de publicité anti-Trump à la TV)...
       Pourtant, la révolution politique n'est pas terminée. Nous devons attendre jusqu'à ce que Trump commence à constituer ses deux équipes politiques : concernant la politique domestique d'une part et la politique étrangère d'autre part.

       J'émets  un avertissement!


       A Trump : de grâce, ne répétez pas les erreurs du passé, évitez toute association avec les néoconservateurs et les anciens acolytes deBush Jr. Trump. Vous avez déjà été vu en train de courtiser la branche pacifique allant de Zalmay Khalilzad (ancien ambassadeur en Irak et en Afghanistan), l'un des plus  méprisables opérationnels de la CIA qui a aidé à initier la mise en scène des attentats du 11 Septembre 2001, de même que la guerre d'Irak avec ses cohortes de cercueils.

       À présent, Monsieur Trump, vous devez montrer à ceux d'entre vous qui vous ont soutenu, que vous savez comment choisir un type tout à fait différent d'équipe. Il serait alors sage de suivre ces mots de Napoléon Bonaparte :
       « Le cœur d'un homme d'État devrait être dans sa tête »...




[1] Bernie Sanders will now Trump the Democratic Convention : jeu de mot avec Trump (nom de Donald Trump, mais également le verbe "to trump" (dans les jeux de cartes type bridge/atout/poker : jouer un atout /prendre un atout / surenchérir...

[2] « The chosen few » : les peu nombreux élus, référence à Matthieu 22:14 : «Car il y a beaucoup d'appelés, mais peu d'élus. »

[3] Cf. ibid, même jeu de mot avec "Trump" / To Trump. Le sens existe en français avec le verbe "jouer : « nous avons été joués [dupés]! ».

[4] Autre jeu de mots : Contraction de Bill [Clinton] et Hillary, sa femme, appuyant ce que Pieczenik a exprimé de nombreuses fois, c'est que Bill Clinton comme sa femme Hillary sont depuis bien longtemps cooptés par le Système qui choisit les Présidents américains avant qu'ils ne soit élus en en apparence. Souvenons-nous du mot pragmatique de F.D. Roosevelt : « les Présidents ne sont pas élus, ils sont choisis »...

[5] Contested : le sens est double ici, à la fois "disputé", mais aussi "contesté".

[6] L'auteur utilise le mot latin "personae" (génitif/datif de Persona), qui à la base signifiait un masque de théâtre ou un « personnage masqué ». Le sens est exact ici pour appuyer le fait Hillary Clinton joue en fait un rôle artificiel pour lequel elle a été cooptée par le système, y a fait des allusions plus ou moins clair depuis septembre 2012 et il semble très net qu'en effet Hillary Clinton ait été le produit de programmes de conditionnement artificiel de personnalité la rendant à la fois docile et dangereuse car devenue une sociopathe experte...

[7] A comprendre ici comme une nouvelle Révolution américaine de 1776, confirmée par les entrevues récentes délivrées par Pieczenik.

[8] Subtile référence maçonnique ici, puisque la Déclaration d'Indépendance fut prononcée à Philadelphie, et qu'elle fût un inspiration indubitablement maçonnique. Il faut bien comprendre ici que la Révolution américaine initiée en 1776 fut une révolution maçonnique dans son sens authentique, par opposition à la Révolution française de 1789 qui fut une révolution maçonnique dans un sens complètement dévoyé, car entre-temps la Franc-Maçonnerie française avait été largement subvertie...
            [9] Voir la façon dont les médias bâtissent l'image "people" de Chelsea Clinton, la fille de Bill et Hillary : «Chelsea, fille modèle » (L'Express, 31 mars 2016, L'Express devant être considéré comme un journal de traître depuis sa création en 1953, pour des raisons qu'il sera facile à chacun de retrouver à l'occasion de son activisme à peine voilée contre le général De Gaulle)...
[10] Il importe de bien comprendre l'idée de Pieczenik ici : à de nombreuses reprises le Système a recruté tous les supplétifs possibles issus des "minorités" visibles aux États-Unis (afro-américaines et hispaniques notamment) pour perturber parfois violemment les réunions politiques de Trump mais aussi de Sanders. Il s'agit là d'un activisme détestable instrumentalisant les moins lettrés afin de tuer le cœur de l'intelligence des États-Unis. Cette stratégie de lutte raciale artificielle n'est pas nouvelle, puisque F. William Engdahl la fait remonter au début des années 1960, il y avait été confronté en tant que syndicaliste (il faut bien comprendre que les syndicalistes américains étaient loin de l'activisme communiste des nôtres en France depuis les années 1930 et après-guerre) : du jour au lendemain les syndicalistes américains furent médiatiquement considérés comme racistes, alors qu'ils comprenait très bien l'instrumentalisation des minorités par Wall Street afin de faire baisser les salaires des classes moyennes américaines. Or ce que l'on sait peu, c'est que parallèlement la raison principale de l'assassinat du Pacifique Martin Luther King, artisan de la lutte américaine pour les droits civiques des Noirs, était qu'il voulait justement syndicalistes et les ouvriers noirs des états du Sud des États-Unis, ce que Wall Street voyait d'un très mauvais œil... (voir : « Pétrole, une guerre d'un siècle », chapitre 8, p. 130 et 137 notamment).
     Ainsi, la promotion délibérée des luttes raciales artificielles permet d'occulter la logique de casse sociale délibérée, autant aux États-Unis qu'en Europe... 
Voir à ce sujet nos deux articles traduits précédents : « L'Agit'prop dans le cloaque politique de Chicago, l'instrumentalisation des minorités contre Trump, et le rôle des Bush en sous-main... » (3 mars 2016), et «Le maire de Chicago Rahm Emanuel et Barack Obama : Bonnet blanc et blanc bênet! » 4 janvier 2016.
     Connaître aussi le rôle d'Horace Kallen : l'inventeur du multiculturalisme au moment de la fondation du NAACP, en apparence au service des minorités, mais dirigé pendant 30 ans par des cadres et des opérationnels juifs, les noirs instrumentalisés ne faisant qu'office de faire-valoir. C'est toujours le cas, mais ils ont au moins le bon goût de laisser la présidence de ce mouvement à des représentants issus des minorités.
Voir pour un exact parallèle en France : la lucidité du binôme Soral/Dieudonné (concernant l'orientation délibérée de la propagande "anti-coloniale", le Code Noir, ou le réel rapport de domination en France des organisations pro-minorités, quitte à se le voir rappeler vertement ici ou ) qui sont encore persécutés à l'heure actuelle pour oser être lucide face à ces détestables logiques artificielles de "guerre de tous contre tous"...

[11] "Millennials": " enfants du millénaires / génération Y", c'est-à-dire la génération devenue adulte dans les années 2000. Cf. ibid.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire