Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake

Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake
...SOUVENEZ-VOUS DE LA VIEILLE REPUBLIQUE... HISTORIQUEMENT : LE MEILLEUR DE LA VIEILLE EUROPE...PAS DE CIVILISATION SANS LIBERTE+INITIATIVE..."QUE ROME PRENNE GARDE A LA COLERE DES LEGIONS... --- ... REMEMBER THE OLD REPUBLIC --- HISTORICALLY : THE BEST OF THE OLD EUROPE --- NO CIVILISATION WITHOUT LIBERTY + INITIATIVE --- "LET ROME BEWARE THE LEGION'S WRATH"...

4 juin 2016

Prélude à « la violence qui vient », en marge d'un meeting de Trump (San Jose, Californie) : est-ce dont cela qu'est devenue la grande démocratie américaine?


            L'Agit'Prop en prélude à « la violence qui vient », en marge d'un meeting de Trump (San Jose, Californie) : est-ce dont cela qu'est devenue la grande démocratie américaine?

 
« Protesters take to streets after Trump rally in San Jose [des manifestants protestants dans la rue contre la réunion politique de Trump à San Jose, Californie]) » (CNN Politics, 3 juin 2016, vidéo ici):

            Échauffourées entre partisans de et opposants à Donald Trump dans les rues de San Jose, Californie,  le 2 juin 2016 après une grande réunion politique du candidat Républicain présomptif au San Jose Convention Center.
            Des insultes et des coups échangés à l'extérieur d'une réunion politique de Donald Trump. Des manifestants brandissant des drapeaux mexicains et un drapeau américain brûlé, ainsi qu'un bonnet de la campagne de Trump "Make America Great Again [rendre de nouveau l'Amérique forte]".
            Tandis que des supporters de Trump excitaient et montraient leur mépris pour la manifestation, des protestataires leur criaient des insultes et les accusaient d'être racistes. Les manifestants se sont rassemblés autour de l'événement, la police antiémeute les a repoussés. Une femme favorable à Trump a raillé les manifestants, et a répondu à leurs cris par  un doigt d'honneur, [voir plus bas] elle a été couverte immédiatement d'oeufs et de diverses nourritures jetées sur elle.
            Des échauffourées ont éclaté entre les manifestants pro- et anti-Trump. À un moment donné, un homme a pris un coup de poing inattendu et fut jeté à terre avant que  la police n'arrête son agresseur. Dans un autre cas, les manifestants ont isolé un partisan de Trump et ont commencé à le frapper au visage, un manifestant anti-Trump a essayé de protéger l'homme attaqué et l'a aidé ainsi que d'autres partisans de Trump à s'exfiltrer en sécurité de  la foule.
            La Police de San Jose a déclaré avoir procédé à quelques arrestations après le ralliement, mais n'a pas fourni plus de détails. Il n'y a pas eu d'importants dégâts matériels rapportés, mais un officier de police a été agressé, selon un communiqué. Les manifestants se sont répandus dans les rues avoisinantes, certains grimpant sur les voitures, avec des pancartes disant "Nous avons besoin du socialisme» ou "Un vote pour Trump est un vote pour le fascisme."
            John Podesta, directeur de la campagne de Hillary Clinton a condamné sur Twitter, les rapports faisant état de violences : « la violence contre les partisans de n'importe quel candidat n'a pas de place dans cette élection ».










            Note CVR :

            Comme l'a déjà énoncé Steve Pieczenik, il s'agit d'une guerre d'influence utilisant le levier de l'agitation propagandaire : ces violences sont organisées en sous-main, par des réseaux qui soutiennent Hillary Clinton.
            La vision relativement lisse qui en est ici donnée par CNN, semble un peu édulcorée, si l'on en croit un certain nombre d'autres rapports donnés par des gens qui furent présents sur place, en prenant toujours avec caution tous ces rapports minoritaires qui doivent être croisés et pondérés les uns par les autres.
            Mais cet exemple donné sur Twitter ici, laisse tout de même songeur quant à la montée des clivages artificiels aux États-Unis, avec en toile de fond l'"horizontalisation" des luttes afin que les différentes composantes du peuple américain soient agitées les unes contre les autres, et oublient de se poser la question des instigateurs ayant préalablement créé cette agitation. On n'y voit d'ailleurs que la femme dont CNN disait qu'elle avait montré un doigt d'honneur aux manifestants anti-Trump, mais plutôt l'objet de multiple doigt d'honneur avant de recevoir de la nourriture en plein visage...
            « Force des hommes à bâtir ensemble de tours et tu en fais des frères, mais si tu veux qu'ils se haïssent, jette-leur du grain » (St-Exupéry)

            Il est évident que les partisans de Trump présentent bien des aspects tout à faits caricaturaux, tenant à une histoire des États-Unis qui a été globalement confisqués au peuple américain, et que la majorité du peuple américain désinformé de longue date a aujourd'hui du mal à comprendre. Spécialement l'histoire réelle de la Guerre de Sécession...

            Pourtant c'est une réelle guerre qui est ici livrée en sous-main par les intérêts mondialistes, contre l'espoir que représente Donald Trump pour bon nombre d'Américains qui ont vécu une réelle démolition sociale depuis les années 1960 (voir sur ce point F. William Engdahl, la meilleure synthèse à notre sens de cette histoire réelle de la démolition sociale des États-Unis, dans « pétrole, une guerre d'un siècle », Edit. Jean Cyrille Godefroy, Chap.8).
            Face à cet espoir de voir arrêter cette démolition sociale artificielle voulue par les banques œuvrant ouvertement pour la démolition des nations, nous assistons à la "racialisation" artificielle des luttes, ourdie de longue date et qui représente une nouvelle évolution d'un internationalisme (hier "communiste", aujourd'hui prétendument "antifasciste"). Cette "rationalisation" artificielle porte en germe la "guerre de tous contre tous" et la démolition du "rêve américain" : une nation qui avait réellement situé un creuset au sein duquel des noirs pouvait s'élever au même titre que les autres.

            L'ironie est d'autant plus mordante ici que les Mexicains sont de race blanche, et hurlent pourtant au racisme ici, un argument qui devrait être inopérant... Il est évident que comme le dénoncent régulièrement des observateurs de premier plan comme Steve Pieczenik ou William Engdahl, de nombreuses organisations sont impliquées dans cette stratégie d'agitation des franges les plus manipulables des communautés, qui sont généreusement financées et opèrent selon des techniques "militarisées" d'agitation appliquées au domaine civil (qui ont été exactement décrites par W. Engdahl dans son ouvrage : « Full Spectrum Dominance », 2008).
            Ce caractère artificiel des clivages, mais surtout cette stratégie délibérée d'"horizontalisation" des luttes selon des techniques et des technologies nouvelles, annonce certainement une guerre civile artificielle si des efforts sérieux ne sont pas entrepris pour la contrer.

            Voici tout l'enjeu permettant de comprendre le caractère capital des prises de position de Steve Pieczenik, sachant que parmi ces agitations artificielles on compte aussi le développement artificiel de l'islam wahhabite jusqu'aux États-Unis, ce qui est une infâme ironie, 15 ans après les attentats du 11 septembre 2001 qui furent dits à l'époque avoir été le des mêmes wahhabites...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire