Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake

Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake
...SOUVENEZ-VOUS DE LA VIEILLE REPUBLIQUE... HISTORIQUEMENT : LE MEILLEUR DE LA VIEILLE EUROPE...PAS DE CIVILISATION SANS LIBERTE+INITIATIVE..."QUE ROME PRENNE GARDE A LA COLERE DES LEGIONS... --- ... REMEMBER THE OLD REPUBLIC --- HISTORICALLY : THE BEST OF THE OLD EUROPE --- NO CIVILISATION WITHOUT LIBERTY + INITIATIVE --- "LET ROME BEWARE THE LEGION'S WRATH"...

31 janvier 2016

[Washington Post] "Donald Trump Vs Megyn Kelly" : rions un peu avec l'hypocrisie du système anti-trump... sujet sérieux derrière : l'orchestration médiatique de la démolition du modèle américain.



« Donald Trump Vs Megyn Kelly » : rions un peu avec l'hypocrisie du système anti-trump... mais il y a un sujet sérieux derrière : l'orchestration médiatique de la démolition du modèle américain :
Passe d'arme entre Donald Trump et Megyn Kelly, journaliste/présentatrice sur Fox [News], ayant mis Trump en difficulté avec des questions discutables :
Trump sur Twitter, 27 janvier :
« Je refuse de qualifier Megyn Kelly de "bimbo", parce que cela ne serait pas politiquement correct. Au lieu de ça, je vais uniquement la considérer comme une "journaliste légère" ». 
Un "suiveur [follower]" rajoutera l'image suivante : 



  Plus tard, un autre "twitt" n'étant pas de lui ( « c'est la bimbo qui pose des questions [en vue des] présidentielles? »
 [CVR : La même présentatrice  qui reproche à Trump de considérer les femmes comme des objetsposant dans des tenues suggestives dans le magazine GQ (elle semble aussi avoir posé nu, ce que sous-entend une réponse plus bas)  : ceci n'est pas à prendre avec puritanisme mais avec humour :-D]



 Un autre répond, jouant la surenchère en défense de Megyn Kelly: « et ça, est-ce pire que de poser nue dans GQ? » [il s'agit de Melania Trump, la femme de Trump] :-D


Le partisan de Trump répond avec humour : « oui, je l'ai vu, elle est terriblement attractive, et alors?»

Un détracteur de Trump surenchérit encore : « Qui a besoin d'une Première Dame ? Faites de Melania Trump la première SALOPE des États-Unis »



La réponse du partisan de Trump ne manque pas de sel : « Heidi Cruz [la femme de Ted Cruz] me donne envie de cacher ma b**** [jeu de mot avec le prénom de Heidi et le verbe to hide, cacher] » :

...et laisse entendre que Heidi Cruz aime son mari, tandis que Melania Trump aime surtout l'argent de son mari :

 En fait nous avons vu que ce serait plutôt Cruz qui aime l'argent de sa femme, au vu de sa situation chez Goldman Sachs, et surtout qu'elle est son "relai mondialiste" lui amenant indirectement ses soutiens bancaires... (15 janvier 2016 : « Heidi Cruz : ancienne "Bushite", impliquée chez Goldman Sachs : Ted Cruz, candidat mondialiste idéal pour faire contre-feu face à Trump ».

Une autre : « Les REPUBLICAINS CHRETIENS CONSERVATEURS considèrent que CETTE FEMME devrait être la PREMIERE "DAME" de l'Amérique.  Bien, au moins elle n'est pas NOIRE. Osez encore me dire ensuite que leur haine n'a RIEN à voir avec la RACE »



Note CVR : il y a quelque chose de capital qui doit être compris ici : 
 Comme répond plus loin un partisan de Trump : « Mélania Trump était un supermodèle : c'était son travail de poser comme ça ». Alors certes, il est en effet possible d'épiloguer sur le manque certain de... rigorisme religieux du passé de Melania Trump,  un manque de rigorisme religieux qui tranche avec la longue histoire du puritanisme anglo-saxon d'origine spécialement protestante aux Etats-Unis. Il n'empêche qu'un Français non puritain saura prendre ces choses avec humour, et rappeler à nos amis protestants que le Péché Originel n'a jamais existé (il y a toute une histoire ésotérique égypto-sumérienne et non pas juive à connaître  pour comprendre ce point. Pour une première approche accessible : lire "Le Mensonge Universel", de Pierre Jovanovic, Editions Jardin Des Livres, 2007, présentation vidéo ici). La proximité des politiques et des modèles des mannequins doit être questionnée, mais sous un tout autre angle (voir plus bas...).

En revanche, la tentative de racialisation artificielle de la vie politique américaine doit être comprise avec l'oeil de la contre-influence : déplacer artificiellement le sujet de la "légèreté" de la femme de Trump, jusqu'au sous-entendu que si n'est pas détestée, c'est parce qu'elle n'est pas noire, pour conclure que les Républicains chrétiens sont donc raciste, est un raisonnement hautement fallacieux. Ce raisonnement se trouve derrière toutes les stratégies d'activisme médiatique que l'on dira pudiquement d'origine "non chrétienne", permettant justement de détruire les nations chrétiennes en instrumentalisant les races (spécialement les minorités noires) et les religions (spécialement l'islam) : autant aux Etats-Unis qu'en France...

En France, ou la rhétorique du "petit blanc" est utilisée par les pires agents d'influence et il faut se demander pourquoi en comparant les articles de presse:
«La France des petits blancs » (Le Point, 30 octobre 2013)
«"L'intégration, c'est quand des catholiques appelleront leur enfant Mohamed"»  par Martin Hirsch (1er juillet 2010, émission « Le news show », Canal Plus)
«Mélenchon qui dénigre la France "des blonds aux yeux bleus"» (31 mai 2014, sur la radio communautaire Bibi Radio)
...Le plus drôle étant la schizophrénie de certains rabbins partiellement lucides, quant aux conséquences ("Blancs Défendez vous", Rav Dynovisz, 23 juin 2010) en fait initiées par les plus augustes de leurs coreligionnaires... («La destruction de l’Europe : un projet messianique ? » (Egalité et Réconciliation, 23 mai 2016)

Aux Etats-Unis, tandis que des publicités pour la nationalité américaine étaient massivement diffusées il y a quelques années sur internet, montrant des petits enfants noirs qu'on aurait cru mourant de faim quelque part en Afrique et qu'aujourd'hui des loteries sont organisées pour obtenir des green card,  il est permis de se demander si le sens de l'Etat et la citoyenneté ne sont pas en train d'être inexorablement battus en brêche, délibérément. La crédibilité de la Première Dame Michele Obama peut être sujette à caution, mais c'est l'écoute attentive aux propos du Dr. Pieczenik permettra d'envisager quelque chose de plus grave dans son passé, sans même évoquer celui de son mari. Le lecteur attentif saura donc comprendre notre point ici...

(Jackie Kennedy à gauche, Michele Obama à Droite)



 S'il devait y avoir un vrai débat au sujet du caractère vérolé de la vie politique et publique américaine, l'enjeu n'est pas nouveau que l'État déjà évoqué par Pierre Fontaine (U.R.S.S. U.S.A., Nel, 1960), sans même évoquer Henry Ford qui avait déjà tout dit... D'étonnants prolongements peuvent être trouvés chez des icônes du Star System (comme Marilyn Monroe, le conditionnement mental à la docilité sexuelle mériterait d'être mieux étudié dans ses aspects méconnus... jusqu'au plus haut de la vie politique américaine) y compris dans l'environnement de Donald Trump comme de tous les dignitaires américains, qui ne peuvent faire carrière sans graviter dans ces "milieux"...  

 On pourra comprendre dès lors le pessimisme des gens lucides aux États-Unis :

Pourtant, le pessimisme ne mène à rien en soi : comprendre toute cette situation, c'est comprendre pourquoi les militaires américains d'après les propos de Pieczenik, semble ressentir l'envie de nettoyer les écuries d'Augias, comme du temps de Néron...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire