Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake

Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake
...SOUVENEZ-VOUS DE LA VIEILLE REPUBLIQUE... HISTORIQUEMENT : LE MEILLEUR DE LA VIEILLE EUROPE...PAS DE CIVILISATION SANS LIBERTE+INITIATIVE..."QUE ROME PRENNE GARDE A LA COLERE DES LEGIONS... --- ... REMEMBER THE OLD REPUBLIC --- HISTORICALLY : THE BEST OF THE OLD EUROPE --- NO CIVILISATION WITHOUT LIBERTY + INITIATIVE --- "LET ROME BEWARE THE LEGION'S WRATH"...

8 janvier 2016

Le Pentagone désireux d'étendre la médaille d'honneur [Medal of Honor] aux opérateurs de drones!



 

Le Pentagone désireux d'étendre la médaille d'honneur [Medal of Honor] aux opérateurs de drones, localisés à des milliers de kilomètres loin des zones de combat ! 

            Le nouveau type de guerre d'Obama exige de nouvelles médailles pour courage et bravoure [courage and bravery] au milieu des opérations de combat, impliquant des guerriers du joystick qui ne verront jamais leur vie menacée.

            Quel est mon degré de louanges pour ces braves hommes et femmes qui ont juste à s'asseoir dans une pièce surchargée d'écrans d'ordinateur et de lumière scintiillantes, les aveuglant presque du fait d'une saturation d'information en temps réel, et qui vont déterminer si oui ou non, ils vont appuyer sur un bouton selon le commandement que leur aura donné la CIA... ou les Militaires américains... afin de tuer des personnages inconnus ("ciblage suggestif" - [suggestive targeting])?

            Très franchement, je suis perplexe!

 
            Le fait est que notre outil militaire a été féminisé, éviscéré, et complètement dénigré jusqu'à devenir l'expression débraillée d'un type de non-guerrier qui a été graduellement élaboré par les médias dans le cadre du suivi quotidien de l'opinion publique américaine, au gré d'une fausse guerre : ou bien si vous préférez, d'une guerre auto-créée contre le terrorisme. Obama a ainsi créé un type existence digne d'"Alice au pays des Merveilles", où le concept de la « bravoure » consiste à « sortir du placard » [“coming out of the closet”, c'est-à-dire à révéler publiquement son homosexualité], et où le terme « guerrier » est surtout caractérisé par l'absence de confrontation avec le danger.

            Aujourd'hui, si une personne est assez chanceuse pour jouer avec un joystick à des milliers de kilomètres de toute zone de combat, il / elle peut quand même devenir un(e) «héros / héroïne»...       

            Incroyable !

            Mais que peut-on bien attendre exactement d'un POTUS, ou bien d'un Sec'Def'  [Secrétaire à la Défense[1]] qui n'ont jamais assisté de leurs yeux aux ventres gonflés et à la chair pourrissante des cadavres en décomposition, dans un désert ou dans la jungle? Je ne peux pas les en blâmer. En fait, j'éprouve de la pitié pour leur manque évident de courage. Je les méprise cependant pour leur audace et leur bêtise, supposant que la guerre des drones soit à la fois efficace et aseptique.
            Comme beaucoup de nos anciens et actuels DCI [Directeur de la CIA] l'ont souligné dans l'excellente émission de télévision, « Spymaster [les maîtres espions][2]», beaucoup parmi les plus éclairés d'entre eux ont déclaré catégoriquement que « tuer des soi-disant opérationnels d'Al-Qaïda est, au mieux, contre-productif » . Parce que la partie la plus importante de ce type de guerre contre-terroriste[3] relèvent du Renseignement humain [HUMINT] et des interrogatoires humains.



 [victimes de la guerre des drones]

« Nous ne pouvons pas nous sortir de cette guerre [uniquement] en tuant » (citation tirée du documentaire “Spymaster”, des frères Naudet).

            Dans tous les cas, revenons aux héros potentiels de la guerre des drones, et essayons d'imaginer par quels hasards et vicissitudes ces pauvres guerriers peuvent passer à l'occasion de leurs tués quotidiens [daily kills[4]] :

            –hémorroïdes :  car le fait de s'asseoir durant des heures peut s'avérer préjudiciable pour votre anus.

            ténosynovite : aucun doute quant au fait que jouer avec un joystick pendant trop longtemps, peut provoquer une inflammation des articulations du poignet / main.

            vision floue : la plupart d'entre nous savent combien ceci peut s'avérer terrible lorsque nous surfons sans fin sur Internet des heures durant.

            obésité :  rester assis sur une chaise pendant trop longtemps, sans aucun exercice, peut décidément s'avérer nocif pour votre santé[5].

            Vous comprenez mon point...

« Terroriste? CIA ou TAlibans? Demandez aux victimes des attaques par drones »

            Les guerriers du fauteuil, incluant Obama, Ashton Carter, et bien d'autres, ont eu à reconfigurer l'outil militaire américain de façon à ce qu'il ne soit réellement plus en mesure de gagner une guerre. Alors que  dans le même temps, ils se sont donnés à eux-mêmes la latitude d'initier des conflits illégaux partout dans le monde, sous prétexte de « protéger notre Sécurité Nationale », au passage en s'en mettant plein leur poche, bien sûr.

            Pourtant, ce que nous avons tous manqué dans cette affaire de la "Médaille des Drones [Drone Award]”, c'est le fait que les vrais combattants de tous les conflits actuels (par exemple Benghazi]  sont aujourd'hui les mercenaires externalisés[6]. Pour des cocontractants privés de la défense, qui payent pour ces "flingues loués" [hired guns] trois à quatre fois ce qu'un soldat ordinaire parmi nos militaires pourrait toucher. Ces "Hessois[7] américains" reçoivent donc leur accolade en tant que "récompense des guerriers de l'ombre".

            À présent, Obama n'a jamais discuté de cette récompense en public, de peur que nous puissions comprendre que comme les autres Présidents avant lui, il a court-circuité notre Constitution, de même que le Congrès. De ce fait ils [Obama et consorts] peuvent répandre leur désolation à volonté, sans que notre système politique n'ait rien à en connaître.  Ils peuvent ainsi tuer sans aucune répercussion politico-économique.

            Pourquoi donc se soucier de la Constitution, quand vous pouvez recruter des tueurs provenant de partout dans le monde (Chili, Bulgarie, Tchétchénie, etc.), afin de faire les sales boulots du POTUS? Obama est si intelligent que pour éviter toute mention de la mort possible de militaires américains, ce qui est présumée comme potentiellement outrageante pour le public américain, de concert avec John Brennan et les autres DCI, il a envoyé des Forces (d'Opérations) Spéciales [Special Operations Forces - SOF], et il les a placés sous le commandement secret du SOCOM [Special Operations Command], rendant compte directement au DCI et non pas à l'Etat-Major [JCS - Joint Chiefs of Staff,  ou à une quelconque autre structure régulière de commandement et de contrôle militaire[8].


« Nous pouvons tuer n'importe qui !»

Qui est Obama? Un homme qui croit qu'il peut tuer n'importe qui

            (Avez-vous) compris?

            Nous jouons des "jeux" avec nos militaires et perdons les guerres l'une après l'autre. Parce que, personne au sein de la Maison-Blanche [WH] ou au sein du gouvernement [USG] n'ont aucune idée de ce qu'ils font réellement. C'est la raison pour laquelle, je propose une nouvelle récompense pour notre POTUS, nos Sec'Def', DCI et JCS, quelque chose qui sonnerait comme ceci : « la médaille d'honneur pour la prévarication[9] et la pusillanimité[10]»


            Si nous avions en fait un Ministère de la Justice [DOJ], une police fédérale [FBI] et une Sécurité [Homeland Security] ou mêmes des Services secrets efficaces , ces mécréants susmentionnés auraient été depuis longtemps inculpés sur le fondement des charges de fraude, et de tort porté à l'ensemble du corps politique [les États-Unis]. Mais je sais, c'est trop demander à nos superviseurs domestiques et à notre système judiciaire national. Ils sont bien trop occupés à vouloir harceler des citoyens innocents avec leur mandats, leurs investigations et leurs faux drapeaux dénués de sens...

            Comme il est triste que les noms suivants : Holder ; Freeh; Webster; Mueller, et à présent James Comey... ne correspondent qu'à des appointements politiques, qui en tant que tels résonnent à nos oreilles avec violence et fureur... Ils ne signifient absolument rien d'autre.

             T.S. Eliot, le grand écrivain britannique lâcha un jour les mots suivants :

« La plupart des troubles dans ce monde sont causés par des gens voulant être importants ».




[1] Ne pas confondre avec l'abréviation en français de "Secret Défense" (« Sec'Def' »).


[2] « The Spymasters » (2015): documentaire des « Frères Naudet » (Jules et Gédéon, réalisateurs français vivant aux États-Unis, connus pour leurs images inédites du 11 septembre 2001 alors qu'ils tournaient sur place un reportage sur les pompiers de New York).  Le documentaire traite du travail intérieur de la CIA ainsi que de son histoire récente et controversée : marquée par l'utilisation de la torture, des prisons secrètes, des guerres non déclarées, des guerres létales par drone, et des assassinats allégués. Est examiné le débat interne parmi les directeurs, concernant l'éthique et la façon dont l'Amérique devrait combattre afin de protéger ses propres citoyens. Des critiques fondamentales associées à la CIA sont également abordées, avec une intelligence certaine dans le traitement du sujet.


[3] Formulation importante ici, car le Dr. Pieczenik a répété en de nombreuses occasions que par définition, une guerre contre le terrorisme est un oxymore : on ne fait pas de guerre contre le terrorisme, mais on déploie toute une gamme d'activités qui relèvent avant tout du Renseignement (en distinguant bien la Surveillance spécifique [Renseignement Intérieur] de ce que l'on appelle les « Renseignements généraux », tradition française qui a été largement mise à mal sous Nicolas Sarkozy), des opérations de police [investigation et arrestation], et seulement de façon très restrictive et en phase finale, des Opérations Spéciales ou "militaires" à proprement parler, impliquant en effet l'usage de la force... tout autre type de guerre contre le terrorisme est contre-productive.


[4] Référence ici tirée du jargon des jeux vidéos : un "kill" ou un "frag" désigne l'élimination d'un adversaire dans les jeux vidéos de tir à la première personne (dits aussi en "vue subjective" |first-person shooter ou FPS]). Le terme a pour origine l'argot américain apparu durant la guerre du Viêt Nam, où les grenades défensives (à fragmentations) étaient massivement employées dans la défense des points d'appui.


[5] Rappelons que Steve Pieczenik est un Docteur en médecine, qui ne perd jamais son professionnalisme malgré son humour grinçant d'opérationnel...


[6] Lire sur ce point l'ouvrage précurseur : «Blackwater : L'ascension de l'armée privée la plus puissante du monde » (Jeremy Scahill, Actes Sud, 2008), suite à de nombreux scandales, la firme Blackwater a été scindée et rebaptisée plusieurs fois. Sans doute afin de faire oublier ce sujet de l'utilisation de mercenaires dans des guerres illégitimes, en le camouflant une affaire fictive "grand public" façon "The Expandable", un film "déflecteur" a été réalisé (BlackWater, Christian Sesma, 2015), mêlant "gentils" mercenaires et "méchants"  trafiquants de drogue mexicain...  


[7] Référence aux mercenaires allemands de Hess, qui furent recrutés par les Rothschild, et qui formèrent notamment la l'armature des "tuniques rouges" : les soldats britanniques qu'eurent à affronter les "minutemen" américains durant leur Guerre d'Indépendance, qui vit la naissance des États-Unis d'Amérique avec l'aide des troupes régulières françaises.


[8] S. Pieczenik à dénoncé tout ceci de façon exactement claire dans plusieurs vidéos, notamment « Benghazi Truth: Obama Was Running Secret Army [la vérité au sujet de Benghazi  : Obama supervisait une armée secrète » (Infowars, 9 mai 2013). Le documentaire « Why we fight? » (Eugene Jarecki, 2005) évoquait également l'étape intermédiaire de ce problème, à travers l'abandon de la conscription citoyenne, remplacée par le volontariat : à des volontaires il était impossible de dire "non" à un conflit, puisqu'ils s'étaient engagés de manière volontaire pour porter les armes. Raisonnement fallacieux, anti-citoyen, mais juste à travers l'utilisation scélérate qu'en fit le Complexe Militaro-Industriel américain. Mais plus que le CMI, il s'agit d'incriminer les personnels politiques l'utilisant de façon à mettre en danger l'idéal républicain américain.


[9] La prévarication, délit dont l'origine remonte au droit romain, est une suite d'actes consistant pour le détenteur d'une charge ou d'un mandat (notamment public), à ne pas s'acquitter des obligations résultant de cette charge ou de ce mandat. Le droit pénal français utilise plutôt le terme de concussion (malversation dans l'exercice d'une fonction publique, particulièrement dans le maniement des deniers publics.), bien que la prévarication existe en matière douanière.


[10] Etre pusillanime, c'est manquer de courage, de caractère, furent les responsabilités. « Dans tout ce qu'on entreprend, il faut donner les deux tiers à la raison, et l'autre tiers au hasard. Augmentez la première fraction, et vous serez pusillanime. Augmentez la seconde, vous serez téméraire » (Napoléon).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire