Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake

Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake
...SOUVENEZ-VOUS DE LA VIEILLE REPUBLIQUE... HISTORIQUEMENT : LE MEILLEUR DE LA VIEILLE EUROPE...PAS DE CIVILISATION SANS LIBERTE+INITIATIVE..."QUE ROME PRENNE GARDE A LA COLERE DES LEGIONS... --- ... REMEMBER THE OLD REPUBLIC --- HISTORICALLY : THE BEST OF THE OLD EUROPE --- NO CIVILISATION WITHOUT LIBERTY + INITIATIVE --- "LET ROME BEWARE THE LEGION'S WRATH"...

6 janvier 2016

Des fluctuations majeures dans le monde des marchés financiers, perturbant!







Des fluctuations majeures dans le monde des marchés financiers,  perturbant!



            Depuis quelques temps à présent, j'ai écrit au sujet des possibilités d'un cycle majeur déflationniste  se déployant sur les marchés mondiaux. Nombre d'entre vous [les lecteurs du blog] ont déjà prédit cette possibilité depuis longtemps déjà.

            Pourtant, la récente dévaluation de la monnaie chinoise en janvier de cette année, arrivant au premier rang des enjeux économiques chinois, a été quelque peu déconcertant pour moi. J'ai mentionné de façon répétée que le Président Xi Jipeng n'est pas délibérément entré dans une guerre économique avec le dollar US fortement arrimé[1]. Le Président Xi Jipeng a un réel problème de gestion d'un système rongé par la corruption, les fausses évaluations, et des spéculations massives. Pour partie, j'attribue ces aberrations au caractère national chinois, qui par nature a été de longue date et continuera d'être spéculatif, parce qu'il n'y a plus d'autre réelle possibilité de croissance du PIB chinois.


            Tout autant perturbants sont les problèmes économiques de la Russie, de la Turquie et de l'Ukraine ; tous trois étant liés à la chute des prix du pétrole dont je crois qu'ils vont rester bas, du fait d'une surabondance massive sur les marchés mondiaux (incluant Brent, brut léger[2] et autres...). En tête des nations souffrant des mêmes problèmes, nous trouvons aussi les Etats aujourd'hui dans le trouble sont le Venezuela, l'Argentine, le Brésil, la Bolivie, et d'autres encore...  de façon assez intéressante, le Dollar américain continue de grimper de plus en plus haut jusqu'à ce que nous [les Etats-Unis] ne soyons plus capables d'exporter grand chose hormis des entreprises de haute technologie  [hi-tech] survalorisées, pièges à liquidités, qui sont valorisés des milliards tandis qu'elles exhibent des flux de trésorerie [cash-flows] négatifs. Ce phénomène bizarre va nécessiter un nouveau type de calcul mathématique qu'il me reste encore à comprendre.



            Nous devons ensuite considérer la hausse des taux d'intérêt par la FED, qui va étouffer une partie des liquidités nécessaires en vue de soutenir une croissance minimum d'au moins 2% par an. Tandis que le prix de l'essence [gas] est en baisse, le prix de la nourriture basique [denrées de première consommation] a augmenté de quelque chose comme 6-10%. Cela signifie donc que nous allons être capables de nous rendre à moindre coût dans un fast-food, et dépenser la différence que nous aurons économisée en essence, dans l'augmentation du prix du burger-frites-coca...

            Les statistiques optimistes du Gouvernement US [USG] sont biaisées quant à la baisse du taux de chômage, parce que comme la majorité d'entre vous le sait déjà, elles sont basées sur les emplois à temps partiel, avec un coût du travail minimum, qui devront être subventionnés par le Gouvernement fédéral, d'une façon ou d'une autre [cartes TBE[3], Sécurité sociale[4], etc].


 La panacée médicale, l'Obamacare entre "couteau-suisse" et "usine à gaz":
 

            Ces tendances susmentionnées semblent relativement décelables aujourd'hui. Pourtant, il y a d'autres mouvements politiques et bancaires cachés qui ne sont pas si apparents que cela.

            La Suisse, un pays riche avec une devise potentiellement puissante (le Franc suisse), est à présent dans un processus initiant un référendum, qui pourrait changer le système bancaire tel que nous l'avons connu durant les 300 dernières années. Les Suisses veulent en effet éliminer les capacités des banques à émettre de la monnaie[5]. Ils veulent forcer les banques suisses à maintenir des réserves correspondant à 100% de leurs engagements, si elles veulent demeurer éligibles au statut de "banques"[6]. Les prêts, tels que nous les comptes connaissons aujourd'hui, seraient alors relégués à d'autres secteurs de l'économie (à des prêteurs privés) ou à la Banque Centrale, ceci en court-circuitant la nécessité de banques locales ou régionales. Ces nouvelles devises ne seraient plus du papier-monnaie, mais de la monnaie électronique constituée de nombres binaires, comme sur PayPal[7] ou le Lending Club[8].

« Peur? non! Nous sommes trop gros pour tomber/disparaître »


            Tout ceci amène une très grande incertitude concernant la voie que va suivre notre finance mondiale. Les guerres ne doivent plus émerger des mêmes spirales déflationnistes, comme ce fut le cas pour la Deuxième Guerre mondiale et les États-Unis. Les industries manufacturières vont devenir un plus petit segment des marchés mondiaux, tandis que les gens rechercheront davantage d'emplois dans les hautes technologies et orientés vers les nouveaux procédés de fabrication.



            Nous vivons des temps de changements majeurs. L'adaptation et l'ingéniosité va devenir primordiale, si nous voulons être capables de conserver un brin d'espoir.



            Ainsi que Charles Dickens l'écrivait dans Le Conte de deux cités[9] : « c'était la meilleure époque, et les pires temps ». Tentons d'approcher cette dichotomie avec du pragmatisme et une calme résolution, et non pas en pleurant sur notre destin nouvellement indéfini...





[1] Le dollar est en fait fondamentalement fragile, il l'on sait distinguer la réalité des manipulations opportunes dont il est l'objet... voir F. William Engdahl : « Le Talon d'Achille de la Chine est sa chance en or », 14 octobre 2015.


[2] Faible teneur en souffre (haute qualité, peu visqueux), par opposition à brut lourd, plus complexe à raffiner et à transporter du fait de leur viscosité.


[3] "EBT [Electronic benefit transfer] cards" [cartes de Transfert de Bénéfice Electronique] : aux Etats-Unis et Royaume Uni : système électronique qui permet aux différents services de l'État-providence [welfare State], d'émettre des droits à destination des bénéficiaires, par le biais d'une carte de paiement magnétique (type "carte de crédit").  Par exemple pour l'alimentation.


[4] L'"usine à gaz" que constitue l'Obamacare est très peu comprise en France sous son angle "clivant", entre une industrie du soin déviante, et une méfiance face à l'État non sans raison : l'Etat social anglo-américain, "façon Wall Street/City de Londres", confondant régulièrement la  "mutualisation sociale" (saine) et la "soviétisation forcée" (malsaine) tuant l'initiative privée, mais bon nombre de patriotes anglo-américains ont eux aussi du mal à faire la différence...
De nombreux débats se sont déroulés aux États-Unis, très peu compris en France, les seules sources l'ayant évoqué en France furent très volontiers caricaturées par nos médias, de façon même parfois délibérément outrageuse (voir l'interrogatoire stalinien du  candidat Jacques Cheminade à l'élection présidentielle de 2012, face à de curieux spécimen que l'on a du mal à qualifier de "journaliste", I-télé, mars 2012).


[6] Cet enjeu de la monnaie est « le sujet des sujets ». Sur cette question de la « Réserve fractionnaire bancaire », voir « L’Enorme responsabilité de la Russie » (F. William Engdahl, 18 octobre 2015). Il s'agit également de la séparation entre l'idée bancaire, et activité spéculative (Glass-Steagall Act), démolie par 30 ans de dérégulation criminelle de la part des grandes banques spéculatives, spécialement anglo-américaines.

[7] PayPal est un service de paiement (électronique) en ligne.


[8] Lending Club : société américaine de finance participative (San Francisco). Fondée par Renaud Laplanche en 2006, ce fut la première société de prêt entre particuliers à enregistrer son offre auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC). Lending Club gère une plateforme de prêt en ligne qui permet à des emprunteurs d'obtenir un prêt, et à des investisseurs d'acheter des titres qui sont valorisés par le remboursement des prêts. En mars 2014, la plateforme avait émis plus de $4 milliards de prêts. (source Wikipedia).


[9] « A Tale of Two Cities, A Story of the French Revolution » (Charles Dickens, 1859), aussi intitulé en français « Le Conte de deux villes » ou « Paris et Londres en 1793 ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire