Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake

Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake
...SOUVENEZ-VOUS DE LA VIEILLE REPUBLIQUE... HISTORIQUEMENT : LE MEILLEUR DE LA VIEILLE EUROPE...PAS DE CIVILISATION SANS LIBERTE+INITIATIVE..."QUE ROME PRENNE GARDE A LA COLERE DES LEGIONS... --- ... REMEMBER THE OLD REPUBLIC --- HISTORICALLY : THE BEST OF THE OLD EUROPE --- NO CIVILISATION WITHOUT LIBERTY + INITIATIVE --- "LET ROME BEWARE THE LEGION'S WRATH"...

3 novembre 2016

2e vidéo solo de Pieczenik « La conquête des États-Unis par Hillary Clinton » :



2e vidéo solo de Pieczenik « La conquête des États-Unis par Hillary Clinton » :





« Le 1er novembre 2016, Hillary Clinton, Bill Clinton et leur entourage qui les assiste, ont mené un Coup [d’État] civil. Contrairement au concept habituel d’un Coup [d’État] militaire prenant le contrôle de la Maison-Blanche et des centres de communication, comme les scénarios que l’on voit dans les films, ce coup a été mené silencieusement et très efficacement à travers deux méthodes : la corruption et la cooptation.
Les Clinton ont été impliqués dans [toute une démarche de] cooptation [sous-entendu : en usant de corruption] au sein de notre Maison Blanche, de notre système judiciaire, de notre CIA, FBI, notre Secrétaire à [Ministre de] la Justice Loretta Lynch, le Directeur du FBI James Comey, depuis quelque temps déjà. Ils se sont assurés qu’ils seraient partie intégrante d’un groupe de gens imbriqués les uns avec les autres au gré du copinage politique.

Cependant, dans le but de stopper ce coup, nous, au sein de la Communauté du Renseignement et d’autres personnes qui sont impliqués, nous nous sommes associés de façon informelle et avec leur permission, je commence à annoncer que nous avons initié un Contre-coup via Julian Assange et WikiLeaks. Ceci a eu pour effet de forcer Comey à s’occuper de l’affaire d’Hillary Clinton et d’évoquer sérieusement les ses e-mails en lien avec l’affaire Anthony Weiner : ce n’était pas cette affaire elle-même qui était importante, mais le fait que ça a pu être le déclic pour beaucoup d’entre nous, en vue d’un Contre-coup signifiant à l’Administration : « nous vous avons à l’œil [nous avons votre numéro : nous savons où vous trouver] ».
Non seulement nous avons votre numéro [nous vous avons dans le collimateur], mais nous allons en plus vous stopper dans votre démarche visant à faire d’Hillary la prochaine Présidente des États-Unis. Et dans le même temps, nous allons prouver la culpabilité [l’actuel] Président des États-Unis, Loretta Lynch, et beaucoup d’autres qui sont impliqués dans la dissimulation de la corruption massive qui s’est déroulée en lien avec la Fondation Clinton.

À présent il s’agit de comprendre que dans les deux cas, leur Coup [d’Etat] a été silencieux, et notre Contrecoup a aussi été silencieux. Et tout ceci s’est passé via Internet. C’est probablement la première fois dans l’histoire d’un pays, qu’un Coup a été initié par Internet, et qu’un Contrecoup a aussi été initié par Internet.
Je suis moi-même la pièce [tête de réseau] de quelque chose [un réseau] bien plus grand que moi-même. Ceci a été rendu possible par les braves hommes et femmes qui étaient au sein du FBI, de la CIA, le Directeur du Renseignement [Director of Intelligence[1]], le Renseignement militaire, et les hommes et femmes au sein de 15 autres organisations [Agence] de Renseignement qui n’en peuvent plus de voir cette corruption à la Maison-Blanche et au sein du Département de la Justice, contaminant jusqu’au système de Renseignement. Et nous avons décidé que c’était quelque chose que nous ne devions faire dans le but de sauver la République.

Nous avons donc initié un contrecoup via Julian Assange qui a été très brave et assez formidable, par sa capacité à aller de l’avant et mettre à disposition tous les e-mails nécessaires que nous lui avons donnés, dans le but de discréditer Hillary et Bill Clinton.
Une fois de plus, Amérique, nous sommes en train de traverser une transition vraiment majeure, et très franchement ce qui pourrait s’apparenter à une Seconde Révolution américaine : nous n’avons pas de canons, nous n’avons pas d’armes, nous n’avons pas l’intention de tuer qui que ce soit, nous n’avons pas l’intention de blesser qui que ce soit. Mais nous, le public Américain et ceux d’entre nous qui servent en tant que vétéran ou au sein des Services de Renseignement comme moi-même, nous allons stopper les Clinton qui prétendaient assumer un pouvoir qu’ils ne méritent pas.
En même temps, nous allons nous assurer qu’Obama parte proprement, sans laisser une traînée de pardon [amnistie] derrière lui concernant aucun autre acte de trahison. En effet, nous voulons une transition pacifique au sein de cette grande République américaine.
Je vous apporte aujourd’hui cette information, et je veux que vous compreniez ce qui s’est passé : un moment d’Histoire est en train de se dérouler ici même en face de nous, et je suis fier de vous l’expliquer aujourd’hui. »



[1] NDT : certainement ici le Director of National Intelligence (James Clapper).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire