Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake

Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake
...SOUVENEZ-VOUS DE LA VIEILLE REPUBLIQUE... HISTORIQUEMENT : LE MEILLEUR DE LA VIEILLE EUROPE...PAS DE CIVILISATION SANS LIBERTE+INITIATIVE..."QUE ROME PRENNE GARDE A LA COLERE DES LEGIONS... --- ... REMEMBER THE OLD REPUBLIC --- HISTORICALLY : THE BEST OF THE OLD EUROPE --- NO CIVILISATION WITHOUT LIBERTY + INITIATIVE --- "LET ROME BEWARE THE LEGION'S WRATH"...

8 novembre 2016

[Infowars - NBC News] Orchestrer la soumission orwellienne en faveur d’Hillary : la Sécurité Intérieure prête à suspendre les élections… sous quel prétexte ?


Orchestrer la soumission orwellienne en faveur d’Hillary : la Sécurité Intérieure prête à suspendre les élections… sous quel prétexte ?

Vidéo : « Homeland Security Suspends Election [la Sécurité Intérieure prête à suspendre les élections] » (Infowars, Alex Jones, 7nov16)

Déjà annoncé dès août :
« Homeland eyes special declaration to take charge of elections [La Sécurité Intérieure est une déclaration spéciale de prise en charge des élections] » (Washington Examiner, 30-8-16, repris sur Infowars le 31 août 2016) : « le Département[Ministère] de la Sécurité Intérieure [Department of Homeland Security] a commencé à envisager de déclarer que l’élection puisse être considérée comme une « infrastructure critique » [un enjeu de Défense et de protection du territoire] »
Egalement : « What Could Go Wrong? Homeland Security Wants to Take Over Elections [Qu’est-ce qui pourrait mal se passer ? La Sécurité Intérieure veut conquérir les élections] » (Dailywire, 1 Sept 2016)

Et là, même message avec une intensité hystérique nouvelle… :
« 'All Hands on Deck' to Protect Election From Hack, Say Officials [“Tout le monde sur le pont“ pour protéger les élections d’un piratage, et des officiels] » (NBC News, 7-11-16, idem NBC Washington) « une action sans précédent »…
Egalement : « Exclusive: White House Readies to Fight Election Day Cyber Mayhem [exclusif : la Maison-Blanche prête à combattre des cyber-troubles graves le jour des élections]» (NBC News, 3nov2016)

… En prétextant une stratégie russe le piratage des élections … la belle affaire ! https://www.youtube.com/watch?v=j-J0qblq7L8
…alors que nous avions vu précédemment qu'il s’agissait plutôt d’une fronde interne à l’appareil de sécurité américain, contre un détournement de l’État américain :
« Les camarades de Steve Pieczenik entreraient-ils dans la danse ? » (CVR, 1er août 2016) ; renforcé par les vidéos récentes de Pieczenik :

Il s’agit donc de faire oublier toutes les affaires d’Hillary, avec l’aide du FBI [Comey] corrompu prétendant de nouveau blanchir Hillary juste avant les élections, au prétexte que tout ceci ne serait qu’un coup des Russes, que les problèmes d’Hillary seraient imputables russes, et que le vilain Trump ne serait qu’un agent russe prétendant voler les élections !!! Il n’y a donc pas du tout eu de scandale contre Hillary, pas de paix de corruption ni de pédocriminalité, pas de « cuisine de l’esprit [spirit cooking] » : Hillary elle est blanche comme une colombe, prête à entrer au paradis pour déclencher une guerre nucléaire…

Alex Jones en plaisante (vidéo à 3’09’’) : « Ô Hillary tu es ma reine des batailles contre les vilains russes, je te dois la vie, je suis prêt à mourir pour toi dans une guerre nucléaire contre les Russes »

2e partie de la vidéo : « Feds Announce Possible Suspension of Elections » (Infowars, 7 nov. 2016)

Il est aussi possible que cette attaque informatique massive pré-annoncée par les méchants russes, serve de prétexte à une suspension des élections, et pire : un prétexte pour tout fédéraliser [sous l’égide de l’État central américain corrompu] sous prétexte de sécurité. Pour cela il faut faire passer Trump pour un agent russe, le faire détester afin de faire passer Hillary (et uniquement Hillary) pour bonne et populaire…
Par contrecoup, il faut aussi comprendre que ceci pourrait aussi être l’élément déclencheur amenant la sécession une partie des Etats fédérés constituant les États-Unis…

Rapprocher de Vladimir Volkoff (« Petite histoire de la Désinformation », Editions du Rocher, p.27) :
 « Les “deux minutes de haine“imposé tous les jours aux citoyens de l’Océanie, Vista récupérait les instincts agressives du peuple qui aimera d'autant plus Big Brother qu'il détestera davantage Emmanuel Goldstein »

Si Trump gagne, ce sera donc nécessairement les méchants russes qui auront piraté l’élection : « God save the Queen Hillary ! ».
Idée orwellienne en prélude à l’étape suivante : « tous les électeurs de Trump sont des traîtres pro-russes ». Ce genre de logique orwellienne est en soi une signature mondialiste, qui rappelle par exemple le simulacre d’élection autrichienne s’étant déroulée juste avant l’Anschluss de 1938 ("connexion" avec le IIIe Reich, au sens d'une réunification et non pas d'une "annexion" comme on l'a prétendu après-guerre), que bien peu de gens connaissent :
On oublie complaisamment aujourd'hui que l'assentiment massif de la population autrichienne à l'Anschluss, fut précédée par la menace artificiellement érigée comme réelle d'une "République" soviétique autrichienne qui aurait été cautionnée par un référendum totalement orwellien : avec des militants communistes sortants armés dans une dynamique ouvertement révolutionnaire, ceci préfigurant l'action des bolchéviques contre la population autrichienne comme il avait pu agir auparavant contre la population russe (voir « La Guerre Inconnue », Otto Skorzeny, Editions Albin Michel, 1975, p.28 et s.). C’était une menace d'autant plus réelle dans l’inconscient collectif des populations d'Europe centrale, qu’elles avaient déjà dû y faire face dans les années 1920... Sauf que cette menace "rouge" fut articulée sous la forme d'un "réflexe pavlovien" tellement grossier en 1938, qu'elle doit être considérée comme suspecte en soi : tout cet enchaînement laisse en effet la curieuse impression d'une opération psychologique anormalement peu étudiée aujourd'hui, un phénomène de "contrôle réflexif" (agiter une menace, afin de faire accepter ensuite n'importe quelle solution), qui aura permis la création d'un assentiment massif et soulagé de la population en faveur des nazis. Cette situation commande d'envisager au moins comme hypothèse de travail la signature d'une certaine subversion internationaliste favorable au soviétisme sur le long terme...
Cet exemple époustouflant dont nous ne pouvons donner tous les détails ici, permet de comprendre qu'au-dessus de Moscou (et de Berlin) existaient encore des ordres supérieurs. Ils provenaient bien plus de Wall Street que du Kremlin, au gré d'un duel entre les financiers (américains) appuyés sur une base industrielle désireux de capter les compétences allemandes (voir note n°270), et les financiers internationalistes (“basés aux Etats-Unis“, la nuance est importante…) qui ont nourri sciemment deux partis opposés... Mais en sachant que d'une façon ou d'une autre, la guerre profiterait tôt ou tard à la Révolution mondiale : « les financiers internationaux ne sont nullement « tombés dans le panneau » : ce panneau, ils l'ont eux-mêmes fabriqué » (Villemarest, « Les sources de financement du communisme », Editions éd. CEI, 1984 p. 156).

Cette mise en alerte de toute la cyber sécurité militaire américaine, prête à lancer une contre-attaque cybernétique contre les méchants Russes, aboutit à une potentielle manipulation de ces élections prétendument « afin de stopper les méchants Russes » : parce que les méchants russes veulent un patriote américain pro-militaires, pro-armes et pro-croissance plutôt que Hillary qui va achever de détruire les États-Unis… Il faut donc répéter ce truisme hypnopédique [Aldous Huxley – « Le Meilleur des Mondes »] : « je soutiens Hillary, il est temps de baisser nos armes, d’ouvrir nos frontières, de laisser tous les musulmans rentrer et il est temps d’élever les impôts de la classe moyenne »

Il s’agit donc d’orchestrer la soumission orwellienne en faveur d’Hillary…





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire